Economie

Route Sangmelima-Ouesso : le tronçon Mintom-Lele ouvert à la circulation

Route Sangmelima-Ouesso : le tronçon Mintom-Lele ouvert à la circulation

Le maître d’ouvrage a procédé le 26 janvier dernier à la réception technique de cette voie longue de 67,5 km.

Ça roule désormais bien sur le tronçon routier Mintom-Lele de transfrontalière Sangmélima-OuSsso. Les travaux de cette section ont été réceptionnés le 26 janvier 2021 par le Directeur général des Travaux d’infrastructures au ministère des Travaux publics (Mintp), Mbole Mbole Benoît Parfait, en présence du Délégué régional des Travaux publics du Sud, Abdouraman Nestor, de la mission de contrôle Cira Ingénieurs Conseil et l’entreprise adjudicative, Sinohydro Corporation Ltd, de l’entreprise et de l’autorité contractante. Il convient de rappeler que cette section longue de 67,5 km, constitue le Lot 1 de la 2eme phase du projet d’aménagement de la route Ketta-Djoum, dont l’objectif est lié à la facilitation du transport sur le corridor Brazzaville-Yaounde.

Au cours de cette réception, « les arrêts effectués ont permis au Dgti et à son équipe, d’apprécier la qualité de la route et les ouvrages d’art construit sur cette section de route qui comprend entre autres, une aire de stationnement, des ouvrages de franchissement parmi lesquels un ouvrage construit sur la rivière Lele en remplacement d’un pont où des économies de plus d’un milliard de Fcfa ont été réalisées », précise la note d’information de la cellule de communication du Mintp.

Réalisés par l’entreprise Sinohy-dro, « les travaux routiers comprennent un ouvrage routier faite d’une couche de fondation de 30cm, une couche de base en grave concassé de 20cm et d’une couche de revêtement en béton bitumineux de 5cm. Les travaux connexes quant à eux comprennent entre autres, des infrastructures sociales notamment des salles de classes, un centre social et une gare routière », poursuit la note d’information.

Financé par la Banque africaine de développement (BAD), la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) et la Jica (l’agence japonaise de coopération), le projet de construction de la transfrontalière Sangmélima – Ouesso consiste à bitumer environ 700 kilomètres de route. L’amélioration de la circulation des personnes et des biens entre les deux pays, le désenclavement du Nord Congo et du Sud Cameroun sont les objectifs de ce projet à fortes potentialités économiques. Le transit et le commerce transfrontalier sont appelés à booster l’économie du Cameroun.

Selon la BAD, ce projet routier intercapital, au-delà des avantages que présente le projet pour le développement des échanges entre les deux pays; contribuera au renforcement de l’intégration régionale en Afrique centrale, en permettant l’interconnexion sur des axes routiers reliant le Cameroun, le Congo, la RD Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et la Centrafrique. Les bénéficiaires directs du projet sont les usagers de transport ainsi que les populations Vivant dans sa zone d’influence (Département de la Sangha au nord du Congo et région du Sud du Cameroun). Il est attendu du projet, non seulement l’amélioration de la circulation des personnes et des biens entre les deux pays, mais aussi le désenclavement des zones à fortes potentiali-‘ tés économiques.