Economie

Région de l'Est : un député accusé de pillage de la forêt communautaire de Mbalam I

Région de l'Est : un député accusé de pillage de la forêt communautaire de Mbalam I

Selon le chef de village de Mbalam 1, Benjamin Tsienzo, le président du Comité de développement de Mbalam 1 a profité de son absence du village pour se livrer au pillage de la forêt avec la complicité du chef de poste forestier et faunique et du sous-préfet de Ngoyla.

Le chef de village de Mbalam 1, Benjamin Tsienzo, dénonce l’exploitation de la forêt communautaire par le député et le maire aux dépens des populations. C’est la substance d’une correspondance adressée au préfet du département du Haut-Nyong, région de l’Est, le 4 mai 2021.

Selon l’autorité traditionnelle, « le président du Comité de développement de Mbalam 1 (Codemba) a profité de mon absence du village pour se livrer au pillage de la forêt avec la complicité du chef de poste forestier et faunique et du sous-préfet de Ngoyla ».

Benjamin Tsienzo souligne que « sur les lieux, je constate que ce sont les équipes du député Eric Agbwa Ntiba qui exploitent illégalement les essences rares de notre forêt ».

Joint au téléphone par nos confrères de SBBC, le député reconnait qu’il exploite la forêt communautaire de Mbalam 1 : « Lors de la période transitoire, j’ai été contacté par le comité de gestion de cette forêt. Il me proposait de l’exploiter contre paiement de royalties devant permettre de financer le renouvellement de son titre », précise l’élu.

La conclusion d’un accord entre les deux parties

Le contrat prévoit la vente de deux chargements de bois débité contre paiement de 20 000 FCFA par m3 : « J’ai déjà obtenu le premier chargement de 28 m3 et m’apprêtais à m’acquitter des 562 000 FCFA de royalties pour le village lorsque je m’entends dire par le chef du village que je devais lui reverser cet argent », explique Eric Agbwa Ntiba.

L’honorable dit avoir opposé une fin de non-recevoir au chef de village et proposé d’effectuer le paiement devant le sous-préfet et les autres acteurs de l’exploitation de cette forêt communautaire.

Le maire de la commune de Ngoyla, Wilfried Nkpwalla, confirme que le député reverse 600 000 FCFA tous les mois depuis la conclusion d’un accord entre les deux parties. L’élu local dément toute exploitation de la forêt communautaire de Mbalam 1 : « Notre seul lien avec l’exploitation de ce titre forestier reste le contrat que nous avons noué avec le député pour l’utilisation de notre Lucas Mill (engin dédié à l’abattage des arbres.Ndlr) », conclut-il.