Economie

Région de l'Est : la mafia de l'or bat des records

Région de l'Est : la mafia de l'or bat des records

Les autorités administratives sont les principales personnes indexées dans ce commerce illicite et entretiennent le clair-obscur autour dé la traçabilité de l’exploitation dé ce minerais.

De tous les minerais découverts dans la région de l’Est, laquelle est présentée aujourd’hui comme le futur berceau de la modernisa est le seul qui est exploité,, ce, depuis des lustres. En effet, dans le sous-sol du « scandale géologique » qu’est la région du « Soleil Levant », on retrouve entre autres : le fer à Mbalam; le cobalt à Lomié ; l’or à Bétaré Oya, à Bindimbà à côté de Garou a Boulai, à Ketétà Béké, àBatouri, bref dans quasiment toute cette zone. Aussi le saphir enrichit le sous-sol de Bobilong et de Ketté. Somme toute, énumérer tous les minerais qui feront de l’Est, dans les brefs délais, un vecteur de développement du Cameroun, reste une gageure.

Mirobolantes rétributions

Quant à l’or, ce minerais objet de toutes les convoitises dans le monde, n’a pas manqué, depuis plusieurs années, d’allécher des personnalités de nationalités différentes qui affluent par centaines chaque année dans cette région. Et généralement, ces hommes sont des trafiquants clandestins qui s’entichent des autorités locales grâce, notamment à de mirobolantes rétributions. Ceci fait en sorte donc que, l’activité aurifère au Cameroun pourtant officielle, revête la forme d’un vaste réseau d’affairisme entre les autorités locales avec certainement l’onction de leur hiérarchie, et ces trafiquants qui convergent vers l’Est venant de tous les horizons.

Il est à noter que parallèlement à l’activité de certaines, les sociétés agrées pour l’exploitation de ce minerais, l’exploitation illicite se développe de façon inquiétante. À titre d’illustration, il existe quelques entreprises majoritairement étrangères dont l’Etat tire de leur exploitation de l’or quelques dividendes. Il s’agit notamment, des Coréens de Shemkeniarné : les Sud-africains de Kaminko, les Français, etc.

Ces structures payent à l’Etat certaines taxes qui alimentent le Trésor public, comme la taxe ad valorem. À côté de cet or canalisé, une quantité, selon des sources crédibles, cinq fois plus importante est clandestinement exploitée, en dépit des mesures qui s’avèrent d’ailleurs inefficaces prises par l’Etat en 2005 pour faire le dos rond à des pratiques frauduleuses qui avaient fait leur lit dans ce commerce ô combien juteux.

De fait, le Délégué régional disait: « L’Etat n’avait jamais rien tiré de l’or, Mais comme vous le savez, c’est depuis des lustres, conscient de tout cela, il a mis en place le «Capam» qui est le cadre d’appui et de promotion des artisans milliers. Cette structure a été créée dans l’optique, en dépit de ses missions, de canaliser l’or dans le secteur de l’économie du pays, et d’encadrer les artisans miniers ».

Magouilles

Au demeurant, le «Capam» ne se sent pas la force d’optimiser le rendement de cette exploitation à cause de plusieurs facteurs qui constituent les points d’achoppement à son action. Qu’on se le tienne pour vrai, les dynamiques souvent mises en musique par l’État pour sortir le domaine de l’or de l’antre des magouilles sont très souvent torpillées par les autorités locales qui tirent parti de la quasi clandestinité dans laquelle cette exploitation aurifère est faite aujourd’hui.

À titre d’illustration, certaines propositions pour éradiquer l’action des collecteurs clandestins qui continuent d’évoluer dans ce secteur et à gêner l’action de l’État, sont généralement balayées ou ignorées. Cecijaour que certaines personnes véreuses continuent de s’enrichir à tire larigot sur le dos de l’État. C’est la raison pour laquelle, malgré son état d’enclavement, l’État reste la foire d’empoigne des gouverneurs, préfets et sous-préfets.

« C’est de l’or en barre que d’avoir une affectation dans la région de l’Est» un périmètre reconnaissait d’ailleurs un fonctionnaire de cette zone qui ne cache pas sa satisfaction d’être dans une zone où « pour peu qu’on est intelligent, l’enrichissement devient une sinécure ».

En tout état de cause, juste à preuve de contraire, les autorités locales de la région de l’Est sont incriminées dans le trafic de l’or par les populations du cru, qui pensent d’ailleurs que celles-ci seraient des fourriers du désordre qui existe dans l’exploitation de l’or, pour pêcher en eau trouble. Quand est-ce que seront installés les gardes mi-nier§ «A l’Instar de la brigade forestière pour essayer de canaliser le maximum d’or dans le secteur économique? » Question à un penny.