Economie

Pipeline Tchad- Yaoundé disposé à racheter des actifs tchadiens

Pipeline Tchad- Yaoundé disposé à racheter des actifs tchadiens

La Société nationale des hydrocarbures aurait même déjà fait une offre de 150 milliards de FCFA pour la reprise d’une partie des 21% de participation que détient la Société des hydrocarbures du Tchad.

Selon plusieurs sources, les autorités camerounaises ont l’intention de racheter les actifs tchadiens dans le Pipeline Tchad-Cameroun. La Société nationale des hydrocarbures (SNH) du Cameroun aurait même déjà fait une offre de 150 milliards de FCFA pour la reprise d’une partie des 21% de participation que détient la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) sur le pipeline pétrolier Tchad-Cameroun, selon Africa Intelligence, édition du 24 février 2021.

Cette offre, intervenue en janvier, est contenue dans une correspondance adressée à la SHT par Galileo Negoce & Conseil. Une structure tchadienne qui conseille la SHT dans le cadre de cette transaction évoquée pour la première fois en 2018.

Ce projet, bien qu’il ne soit pas rendu public, entre en droite ligne avec les objectifs du Cameroun visant à accroître ses gains sur cette infrastructure majoritairement située sur son territoire. Il serait revenu sur la table des discussions en raison des défis économiques que traverse le Tchad.

L’économie tchadienne dans le rouge

Le pays doit en effet continuer de rembourser la dette due à ses créanciers privés internationaux, notamment Glencore. Il est d’ailleurs l’un des premiers à avoir sollicité le moratoire sur la dette mise en place par le G20, pour aider les pays en développement confrontés aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

La conclusion de ce deal devrait permettre au pays de Paul Biya, qui a déjà obtenu la revalorisation puis l’actualisation tous les 5 ans du droit de transit du brut tchadien sur son territoire, d’augmenter ses actifs sur cette infrastructure de transport des produits pétroliers. Mais l’opportunité économique d’un tel investissement peut être questionnée au regard de l’incertitude qui pèse sur les cours du pétrole.