Economie

Les produits de grande consommation accessibles

Les produits de grande consommation accessibles

En quantité et à prix raisonnables, poulets, poissons, riz, tomates et oignons sont disponibles dans les marchés de Yaoundé.

Ce n’est pas la grande affluence dans les marchés de Yaoundé en ce moment. A Mvog-Mbi, les allées des comptoirs restent aérées. Piétons et automobilistes circulent aisément. On est à deux semaines des fêtes de fin d’année, pourtant, Loïc Nde accule presque les passants pour grappiller quelques clients. Le commerçant de poulet les hèle à tue-têtes, poulets en mains et la bouche répétant la grille des prix presque mécaniquement.

« Poulet à 2 500, 3000 francs CFA, nettoyez à 200 francs », propose Loïc Nde. Ge mardi au marché, il est lOh et il n’a pu vendre que trois unités. Un compte qu’il estime insignifiant au vu des prix qu’il pratique. « Le prix du poulet a baissé. Généralement en décembre le poulet coûte au moins 3300 francs CFA en début de mois et grimpe selon le ratio offre demande pour atteindre souvent les 7OOO francs CFA voire plus», indique Loïc Nde.

Une situation qu’il explique. « Les grossistes ont eu peur de la grippe aviaire gui sévit dans certains pays. De l’experience qu’ils ont eue avec les dernières épidémies, plusieurs ont vite fait de chercher à écouler leur stock de peur d’être surpris. Mon fournisseur par exemple a baissé de 500 francs sur mon prix d’achat de l’unité», révèle t-il.

Ailleurs au marché de Mvog-Ada, le constant est le même. Dans ce haut lieu marchand de volaille à Yaoundé, un poulet s’obtient à partir de 2 500 francs CFA. En fonction du type de poulet et de sa grosseur, ce prix peut varier. Dans les paniers où sont stockés cette marchandise le long de la route principale du marché, c’est par dizaines que les vendeurs accourent lorsqu’un véhicule se gare ou est coincé dans les embouteillages. A travers le pare-brise, les différentes offres sont présentées, le service de nettoyage et de fumage sont aussi proposés.

Tout comme le riz, le Kg de viande reste lui aussi inchangé. La viande de bœuf sans os coûte 2800 francs et 2 300 celui avec os. Quant à la viande de porc, le kg à 1500 francs est celui pratiqué au marché Mvog-Mbi, ou l’on trouve également de la viande de bœuf et de porc vendue en tas à raison de 1000 francs CFA le tas.

Le poisson et la viande restent stables

Les poissonneries du marché Mvog-Mbi sont achalandées et malgré cela, on renouvelle toujours les stocks. Le rythme de ravitaillement a augmenté, comme l’indique Georges, gestionnaire de l’une des grandes poissonneries du marché. « Nous renouvelons les stocks trois fois par semaine. Avant nous pouvions le faire deux voire une fois. Mais à quelques jours des jours des fêtes, vaut mieux toujours avoir une grande offre, nous nous préparons à affronter la demande », souligne le gestionnaire.

Dans cette poissonnerie, les principaux produits que sont le bar, le maquereau, le machoiron et les carpes sont disponibles et vendus en kg. Le maquereau coûte 1200 francs CFA en moyenne, la carpe 1300, le bar frais 2 500, la liche à 1300, le capitaine 1900 et le machoiron 2000.

Du riz à profusion

Dans les alimentations, les grands magasins ou les petites boutiques, le riz n’est certainement pas le produit qui manque. Son prix est resté constant. Les riz de 25 % brisure valent 9 000 francs le sac de 25 kg et le 50 kg à 17 500. Le riz 5 % de brisures coûte quant à lui 11000 francs CFA celui de 25 kg et 20 500 celui de 50 kg. Mis à part ces deux types, les riz de prestige entre 13 500 francs CFA et 22 500 selon la contenance.

Une légère baisse du prix de la tomate

Un cageot de tomate se vend désormais à 8 000 francs CFA en moyenne, contre 13 000 francs CFA voire plus il y a encore quelques mois. Ce qui induit également une baisse du prix au détail. Les tas de 100 francs (trois tomates) CFA qui avaient disparu sont de nouveau visibles dans les marchés tels que le Huitième ou encore Mvog-Mbi. Les tas de 200 francs CFA comptent désormais un peu plus de six unités de tomates.