Economie

Le gouvernement annonce une enveloppe de 540 milliards de FCFA pour mettre fin aux délestages

Le gouvernement annonce une enveloppe de 540 milliards de FCFA pour mettre fin aux délestages

Cette enveloppe va permettre entre autres, la construction de nouvelles lignes de transport sur le réseau électrique national ; le remplacement des 15 machines à l’arrêt à Djamboutou, région du Nord, etc.

Dans la majorité des régions du Cameroun, les délestages sont devenues récurrentes. Résultat : le manque à gagner est énorme sur les plans commercial, scolaire et de la production industrielle. Puisque l’énergie électrique rythme la vie des populations tant en milieu urbain qu’en zone rurale.

Pour résoudre le problème, le gouvernement annonce la mise sur pied d’un plan d’amélioration de l’offre énergétique doté d’une enveloppe de 540 milliards de FCFA. C’est ce qui ressort du point de presse de ce jeudi 1er avril 2021 dont le but était de mettre en lumière les causes et les solutions envisagées pour pallier l’équation des coupures intempestives sur le réseau électrique.

Selon le ministre de l’Eau et de l’énergie, Gaston Essomba, des mesures à moyen terme ont été prise: la construction de nouvelles lignes de transport sur le réseau électrique national ; le remplacement des 15 machines à l’arrêt à Djamboutou, région du Nord.

Les actes de vandalisme sur le réseau

Il est également question de la multiplication des postes sources dans les quartiers ; le remplacement de plus de 50 mille poteaux en bois en poteaux bétons ; l’acquisition bientôt par la Sonatrel de 11 nouveaux transformateurs ; la construction des mini barrages. Et enfin, l’abattage des arbres qui pourraient endommager les poteaux par la Sonatrel.

Pour le ministre Gaston Eloundou Essomba, le gouvernement est engagé dans un processus qui consiste à produire 100 mégawatts chaque année en vue d’un réseau électrique stable : « Les délestages deviendront une exception » a-t-il relevé.

En dépit des efforts du gouvernement à améliorer l’offre énergétique, plusieurs choses plombent la stabilité du réseau. Il s’agit pour l’essentiel de la chute des poteaux en bois, les feux de brousse, la faible pluviométrie dans la partie Nord. Mais aussi, de la forte croissance démographique, les actes de vandalisme sur le réseau, la surcharge ou la vétusté de certains équipements, énumère Gaston Eloundou Essomba.