Economie

Inventions camerounaises : des produits en émergence

Inventions camerounaises : des produits en émergence

Depuis des années la fabrication des produits locaux prend de l’ampleur au Cameroun. Grace au savoir-faire des producteurs camerounais, le gouvernement a dressé une liste des secteurs d’activité dans lesquels le made in Cameroon se déploie.

Le made in Cameroun touche aujourd’hui la quasi-totalité des domaines de la vie active. On distingue dans le lot de ces activités, l’agroalimentaire, la santé, le cosmétique.

Agroalimentaire

Ces produits impactent positivement l’économie nationale et procurent de nombreux emplois à la jeunesse et à toute la population. L’on observe un dynamisme remarquable dans la transformation industrielle de certaines denrées telles que : l’huile de palme, de coton, d’arachide, de coco, de cacao…le thé, le sucre, des boissons alcoolisées, des jus de fruits, bref la transformation des produits agricoles. Ces produits représentent 28% de la valeur ajouté du secteur secondaire.

Cosmétique

Coté cosmétique, le made in Cameroun gagne du terrain. Les artisans locaux se donnent la tache de fabriquer des produits de beauté, du bio avec tous les ingrédients nécessaires du terroir. Huiles, savon, glycérine, gommage et beaucoup d’autre encore. Les produits sont fabriqués à base du beurre de Karité, du beurre de cacao couplé d’huile végétale.

La star est l’huile de coco pressé à froid, à base de noix de coco mure vendu entre 12000 et 15000 le litre pour les grands fabriquant. D’autres sont spécialisés dans la confection de produits pour cheveux naturels. Shampoing, soins traitants et hydratants, sont leurs marques de fabrication, toujours en privilégiant les composantes bios des des terres camerounaises.

La transformation de la matière première locale en produit cosmétique pour cheveux pousse le bouchon plus loin. Ceux des artisans les plus en vue dans le domaine, sont pour la plupart des diplômés des écoles esthétiques internationales revenus faire valoir leurs compétences au Cameroun.

Santé

L’émergence des produits made in Cameroon ne va pas sans toucher le domaine de la médecine. Ici, c’est la technologie locale qui fait ses preuves, en 2013, un jeune camerounais Arthur Zang pour ne pas le nommer, invente le Cardiopad, première tablette tactile médicale fabriquée en Afrique, qui aujourd’hui donne des résultats satisfaisants sur le terrain, en sauvant de nombreuses vies.

Une autre invention va suivre. Il s’agit de la couveuse solaire de Mouafo Staffo, étudiant à l’université, étudiant à l’université des montagnes, située à Baganté dans la région de l’ouest Cameroun. Un exploit qui solutionne de nombreux problèmes dans le domaine de la pédiatrie au Cameroun. Cet appareil d’une autonomie de 16h sans ensoleillement a été conçu avec un ordinateur intégré indiquant à temps réel et de façon automatique, le poids du nourrisson, la température du corps, le pouls et le rythme cardiaque.

Le textile

La filière textile regroupe en général les activités allant de la culture du coton, à la transformation en produits vestimentaires et linge de maison en passant par la filature dudit coton, sa transformation en tissu. AU Cameroun, la gamme de produits offerte par l’industrie textile est variée: coton fibre, files de coton, fibre synthétique, tissus écrus teins ou imprégnés…

Le connu produit par le Cameroun est de très bonne qualité, l’essentiel de la production est exporté vers les marchés occidentaux et d’Asie orientale dont la Chine, premier producteur mondial. Par contre, les tissus produits sont généralement de bas de gamme car le segment visé est la grande masse de la population : les tenues pour élèves, des tissus pagnes dont la forte consommation est motivée par des raisons culturelles.

Le secteur laitier

Le Cameroun produit en moyenne 170 000 tonne de lait par an, loin de la demande nationale qui est de 300 000 tonne. 30 milliards de francs sont dépensés annuellement pour l’importation de lait au Cameroun. Mais le paradoxe est que le dispose d’énormes potentialités qui peuvent couvrir les besoins nationaux et même exporter vers d’autres pays d’Afrique.

Au Cameroun, la grande partie de la production locale de lait frais passe par la transformation traditionnelle. Que ce soit en milieu urbain que rural, le matériel utilisé par les opérateurs du secteur reste aussi artisanal qu’autrefois. Elle est majoritairement l’affaire de familles d’éleveurs. Le lait est traité à la main par les femmes et les enfants.