Economie

Développement: Une entreprise de production des cure-dents made in Cameroon voit le jour

Développement: Une entreprise de production des cure-dents made in Cameroon voit le jour

Cette entreprise de production de cure-dents made in Cameroon envisage employer plus de 1000 jeunes d’ici 2023.

«Kamcure dent», c’est le nom de baptême de la toute première entreprise qui va produire des cure-dents avec le label Made in Cameroon. Roger Brice Kamsu, qui est le Directeur général a accordé une interview au quotidien Mutations édition parue en kiosque le 15 décembre 2020. Il a fait une brève présentation de son entreprise, en précisant le plus qu’elle va apporter à l’économie du pays.

«C’est une société anonyme à responsabilité limitée qui a pour particularité d’exploiter un domaine industriel peu connu où personne n’exploite. C’est pourtant un secteur énormément rentable puisqu’on parle de plus de 14 milliards de FCFA en termes de chiffre d’affaires au Cameroun. Nous avons trouvé cela énorme, voilà pourquoi nous nous proposons pour une fabrication locale», a déclaré le DG de Kamcure dent Roger Brice Kamsu.

A en croire Roger Brice Kamsu, Kamcure dent qui a été mise sur pied grâce à des campagnes de crowdfunding sera également bénéfique en terme d’emploi jeune.

«Généralement au Cameroun, les entreprises qui font le crowdfunding utilisent d’autres entreprises spécialisées pour faire le placement de leurs produits. Nous avons notre plateforme, où nous avons mis 1650 investisseurs pour Kamcure dent, notre business plan est déjà mis sur pied. Nous comptons livrer d’ici 2023, plus de 100 emplois jeunes aux Camerounais. Présentement, nous avons 10 employés dont 5 permanents et 5 consultants», déclare-t-il.

Aussi de son interview, on apprend que la société envisage aussi produire le produire le charbon écologique, comme dérivés.

«Nos cure-dents seront faits à partir du bambou de chine sélectionné et de qualité. La spécificité, c’est que nos cure-dents seront contrôlés par l’ANOR (Agence des Normes et de la Qualité, Ndlr) et les autres services compétents. La matière première sera cultivée au Cameroun, plus précisément à Sikoum dans le Littoral. Avec le temps, nous allons étendre les sites dans les autres régions du pays», précise le DG.

Liliane N.