Economie

Délestages et pénurie d'eau potable : bientôt un triste souvenir dans le Grand-Nord

Délestages et pénurie d'eau potable : bientôt un triste souvenir dans le Grand-Nord

Le ministre Gaston Eloundou Essomba a effectué une visite le 14 décembre dernier, à la centrale Sonel et à la station de production d’eau potable de la Vina.

Le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou: Esssomba, a foulé le sol de Ngaoundéré le 13 décembre dernier, au moment où la crise énergétique est à son paroxysme. Les robinets sont secs ou alors il n’y coule qu’une eau de qualité douteuse, et l’électricité est clignotante depuis les délestages que connaît le Grand-Nord en géné-rardepuis des mois.

A l’issue de l’évaluation des travaux d’installation d’une partie des groupes (80 MW) au lieu-dit Centrale Sonel au quartier Mardock, le ministre s’est voulu rassurant. «Nous avons visité, sur le site, les travaux de génie civil qui sont en train d’être faits, deux conteneurs seront entreposés. Nous avons vu que les premiers groupes sont déjà là.

Et nous avons fixé des contraintes très fortes sur le plan calendaire pour que ces travaux s’accélèrent afin que dans les prochains jours, ces groupes soient mis en service et que les populations de cette partie du pays soient soulagées. J’invite donc ces populations à être un peu plus patientes, ce n’est qu’une question de jours. Probablement, à la première semaine de janvier 2021, la nouvelle centrale thermique de Ngaoundéré sera mise en service», a-t-il déclaré.

A la station de production d’eau potable de la Vina, le rythme d’avancement du projet de réhabilitation du réseau d’adduction d’eau de Ngaoundéré, est bon, même s’il y a quelques soucis.

«A l’origine, le projet était de réhabiliter tout simplement l’ancien détendeur. Mais après, on a modifié le projet pour inclure ce détendeur et cette cascade. Cette modification a fait qu’on change les caractéristiques des pompes. Maintenant, l’avenant, qui devait prendre en charge ces travaux, n’a pas encore été signé. Au niveau de la Camwater, il y a un petit souci ; on n’a voulu lier cet avenant au réservoir. De toutes les façons, entretemps, l’entreprise a pris sur elle de faire tous ces travaux. Ces travaux, c’est-à-dire pour ce détendeur et cette cascade, les pompes n’ont pas encore été forgées», a fait savoir un responsable de la station au ministre.

En tout cas, en quittant Ngaoundéré pour Garoua, Gaston Eloundou Essomba a fait briller . la flamme de l’espoir à la population qui broie actuellement du noir -et a pratiquement soif. Bientôt, ce sera la fin du calvaire, si .tant est que l’Adamaoua reste le château du Cameroun.