Economie

Corridor Douala-Ndjamena : les opérateurs économiques tchadiens dénoncent la hausse des tarifs du transport de 50%

Corridor Douala-Ndjamena : les opérateurs économiques tchadiens dénoncent la hausse des tarifs du transport de 50%

C’est ce qui est écrit dans une lettre adressée le 23 décembre 2020 au président de l’Union nationale des transporteurs routiers du Tchad, avec ampliation à son homologue camerounais.

Les membres du Conseil national des importateurs, transitaires et exportateurs du Tchad (Conite) sont furieux. Ces derniers dénoncent la hausse des tarifs du transport sur le corridor Douala-Ndjamena, qui permet d’approvisionner la capitale tchadienne, à partir du port de Douala. C’est ce qui est écrit dans une lettre adressée le 23 décembre 2020 au président de l’Union nationale des transporteurs routiers du Tchad, avec ampliation à son homologue camerounais.

En effet, au cours d’une rencontre des transporteurs centrafricains, tchadiens et camerounais, tenue le 18 novembre 2020 à Douala, les participants ont décidé de revaloriser les tarifs du transport des marchandises sur le corridor Douala-Ndjamena.

Ce tarif est ainsi passé de 2,2 millions de FCFA à 3,3 millions de FCFA par camion. Ce qui fait une hausse de 1,1 million de FCFA, soit 50% en valeur relative : « Cette décision est, à notre avis, un sabotage du commerce interétatique », tranche Ali Abdallah Youssouf,  le président de la commission du Conite  et signataire de la lettre.

Une hausse prévue depuis janvier 2020


« L’on est en droit de se poser la question de savoir pourquoi une augmentation du prix du transport par véhicule ne peut concerner que les axes Douala-Ndjamena et Ngaoundéré-Ndjamena, alors que l’axe Douala-Kousseri reste inchangé. N’y a-t-il pas du deux poids deux mesures ? », s’interroge Ali Abdallah Youssouf.

Pour mémoire, la hausse des prix dénoncée par les opérateurs économiques tchadiens était prévue depuis janvier 2020. Fin 2019, le Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun (SNTRC) envisageait déjà une hausse des tarifs sur les corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui, dès le 1er janvier 2020. Le SNTRC expliquait cette décision par le fait que depuis 2005, les prix des marchandises transportées ont augmenté. Tandis que les transporteurs, eux, n’ont pas réajusté les tarifs de leurs prestations.

Selon les prévisions initiales des transporteurs camerounais, sur le corridor Douala-Bangui, le coût du transport devait passer de 2,2 millions de FCFA à 3,5 millions de FCFA ; et de 2,4 à 4 millions de FCFA sur le corridor Douala-Ndjamena.