Economie

Contre-Attaque : le DG de Camwater traîné en justice pour «faux témoignage»

Contre-Attaque : le DG de Camwater traîné en justice pour «faux témoignage»

Un coaccusé de Jean William Sollo acquitté devant le TCS, se retourne contre ceux qui soutenaient mordicus le détournement de 142 millions de francs qu’on lui imputait. En plus de sa plainte au TPI de Douala-Bonanjo, il dénoncé à son tour une supposée distraction de fonds réalisée par ses anciens bourreaux.

La peur a changé de camp dans la bataille judiciaire que se livrent la Cameroon Water Utilities Corporation (Camwater) avec Eugène Francis Abossolo. Ce dernier, promoteur des établissements (Ets) LMS Cameroun, vient d’engager une procédure visant l’entreprise d’Etat et trois de ses employés, notamment Gervais Boienga, son directeur général (DG), François Onguent1, son chef de service comptable, et Jean Christophe Bekonje, l’ancien directeur technique dans ladite entreprise publique.

Au moyen d’une citation directe introduite au Tribunal de première instance (TPI) de Douala-Bonanjo en décembre 2020, M. Abossolo met en effet à la charge de la Camwater et de ses préposés des faits qu’il qualifie de «faux témoignage» et de « dé non c i a ti o n calo m n i e u se ». Les parties ont rendez-vous devant la barre ce .18 mars, date de la première audience.

Outre les poursuites judiciaires évoquées, le patron des Ets LMS Cameroun a également déposé une série de dénonciations auprès du parquet général près le Tribunal criminel spécial (TCS), la Commission nationale anti-corruption- (Conac) et le Contrôle supérieur de l’Etat (Constipe) avec copie au ministre de l’Eau et l’Energie. Certaines de ces institutions ont en charge la répression de la délinquance financière. Ses récriminations ont le même objet : «signalement de la présence de faux en écritures comptables et de fausses factures d’un montant de 170 230 665 de francs dans les livres dé la Camwater».

Dans les différents documents consultés par Kalara, le plaignant explique, de manière constante, qu’il est spécialisé dans la distribution du matériel hydraulique. U compte parmi ses clients la Camwater. Entre 2018 et 2020, les mis en cause ont, contre lui, «soutenu le’ détournement de deniers publics» devant le TCS. Ce qui lui a valu une détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé 27 mois durant, suivie d’un procès pénal devant le TCS. Il occupait le banc des accusés en compagnie de Jean William Sollo, l’ex-DG de la Camwater et Jean Dieudonné Maah, son ancien directeur des 1 affaires financière.

Au début de ses ennuis judiciaires, on l’accusait d’avoir indûment perçu 220,3 millions de francs au préjudice de Camwater. Mais, au terme de l’information judiciaire, il avait été renvoyé en jugement avec ses compagnons d’infortune pour l’épondre, finalement, du détournement allégué de 156,2 millions de francs. 11 indique que les griefs retenus contre lui et ses coaccusés s’articulaient sur deux points.

Le premier point concernait le paiement de quatre marchés d’une valeur globale de 1.15,2 millions de francs en 2013, et relatifs à la livraison d’une unité mobile de traitement d’eau potable, de plusieurs unités de stockage d’eau, d’un réseau de distribution d’eau potable ainsi que plusieurs «pompes doseuses».

L’accusation qualifiait les marchés fictifs parce que le matériel prétendument commandé n’a jamais été livrés ni réceptionnés à la Camwater. Tandis que le second point portait sur la non retenue à la source de quatre avances de démarrage de travaux se rapportant aux marchés pour un montant glox bal de 40 millions de francs. Le plaignant affirme qu’il a démontré, durant le jugement, la fausseté de toutes les charges. Il précise que «la Camwater a fourni les procès-verbaux de livraison et confirmer la régularité» de toutes les commandes. Mais, le 1er juillet 2020, il a été acquitté, comme ses coaccusés, «pour faits non établis». Cet arrêt n’ayant fait l’objet d’aucun pourvoi en cassation est donc «devenu définitif».

Factures inconnues

S’attardant par exemple sur le cas de M.-Onguere François, le chef de service comptable de1 la Camwater à l’époque des faits, le plaignant précise que ce dernier était «l’unique témoin» de l’accusation lors de son procès au TCS. 11 dit avoir découvert en procédant à l’analyse de la comptabilité de l’entreprise démarrage au moment du paiement. définitif»-des marchés querellés. D’ailleurs, rclève.-t-il, les juges du TCS soulignent dans leur arrêt que «plus la preuve de l’exécution des prestations attendues a été largement rapportée. en l’espèce». Et «qu’il s’est plutôt-dégagé des débats à l’audience que la non-retenue des avances consenties est due à la mauvaise tenue des comptes clients par le chef de service comptable de la Camwater».

M. Abossok) a d’ores et déjà saisi la commission d’indemnisation. des personnes victimes cte garde à vue et détentionjibu-sive. Il affirme que son séjour à la prison de Kondengui- lui causé de multiples dommages dont il évalue la réparation des préjudices subis à un 1 milliard de francs.

Dans le souci d’équilibrer l’information, Kalara a contacté les trois accusés pour avoir leur version des faits sur les griefs mis à leur charge. M. Onguene a répondu : «vous pouvez me faire un transfert de 10 mille ?» avant d’ajouter : «je n’ai pas d’information à donner». M. Gervais Boienga, le DG de la Camwater a réagi par un texte dont voici la teneur : «Bon dimanche et que le seigneur vous .bénisse…». En tout cas si les accusés sont déclarés coupables, ils risquent une peine pouvant atteindre 5. ans d’emprisonnement.a