Economie

Banques : des services gratuits en 2021

Banques : des services gratuits en 2021

Le gouverneur de la banque centrale commune aux six Etats de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), Abbas Mahamat Tolli dans une communication, a annoncé il y’a quelques jours des changements nouveaux dans l’offre des services financiers.

19 SERVICES bancaires au total seront rendus gratuits dès 2021. Au cours d’un entretien avec la télévision nationale, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli en a fait l’assurance. En effet, certains services qui devaient être gratuits continuaient d’être facturés aux consommateurs. Ainsi, selon la BEAC, «le service bancaire minimum instauré par les autorités camerounaises prendra effet en 2021». Par ailleurs, les banques auront dès lors l’obligation d’afficher leurs conditions et d’être transparentes sur leur tarification.

Il y’a quelques mois, le Réseau National des Consommateurs du Cameroun (RNC) saisissait déjà les institutions nationales et internationales chargées de la régulation des services financiers quant au non-respect du service bancaire minimum garanti selon que stipule l’arrêté n°000005/minfi/ du 13 janvier 2011 portant institution du service bancaire minimum garanti au Cameroun.

C’est donc une mesure de plus visant à rendre les services financiers plus inclusif. Le 27 mars 2020, le Comité de politique monétaire (CPM) de la BEAC a soutenu l’initiative d’inviter les fournisseurs des services de paiement, à rendre effective l’interopérabilité financière. Il est à souligner que l’interopérabilité donne l’opportunité de faire des paiements et de recevoir de l’argent partout, de toutes les banques, de tous les pays.

Le comité recommandait également aux établissements de crédit de garantir la fourniture de l’ensemble des services habituels à leur clientèle et de renforcer les opérations de banque à distance ; et de ce fait, annonçait que les cartes bancaires, les mobiles et les autres instruments de paiement électroniques seront désormais interopérables et par conséquent, permettront l’échange des données transactionnelles entre eux, à des fins de dénouement des opérations de paiements.

Pour permettre aux économies de la Cemac de reprendre du poil de la bête après les sévices économiques infligées par la crise à Corona virus, la Banque centrale entend par ailleurs réinjecter des liquidités dans les économies de l’espace communautaire, et créer un programme de rachat des titres publics sur le marché secondaire.

L’environnement financier au Cameroun jugé jusqu’ici très contraignant, n’offre que très peu d’ouverture à une plus large caste sociale avec une prédominance de 70% du secteur informel (tontines, associations…). Raison pour laquelle, le gouvernement a entamé depuis quelques années des reformes dans le système financier afin qu’une plus large franche de la population ait accès aux services financiers.