Sport

Samuel Eto'o, la FECAFOOT et la réunion tenue à Douala

Samuel Eto'o, la FECAFOOT et la réunion tenue à Douala

Samuel Eto’o a tenu une réunion avec des membres de la Fédération camerounaise de football. C’est une révélation. Le rendez-vous a eu lieu le 15 novembre à Douala.

Autour de la table, il y avait des membres du Comité exécutif et des délégués de l’Assemblée générale. Cette rencontre souhaitée par Samuel Eto’o a enregistré la participation d’acteurs venus de plusieurs régions du Cameroun.

C’est dans la nuit du vendredi que la rencontre a eu lieu. C’est dans la salle de conférence de l’hôtel La Falaise de Bonaprison qu’elle s’est déroulée. « Deux points étaient à l’ordre du jour : La présentation de la société des paris sportifs « BETOO » et le pardon de Samuel Eto’o fils à Iya Mohammed, l’ancien président de la Fédération. Après, on a but et on a mangé. C’était tout, ne croyez à rien d’autre », a indiqué une source de Cameroon Info.net

Cependant ladite source qui est par ailleurs membre du Comité exécutif de la FECAFOOT assure que Samuel Eto’o et ses proches Alim Konate et Seidou Mbombo Njoya ne sont pas une pré-campagne dans le cas d’une éventuelle annulation par le Tribunal arbitral du sport du dernier processus électoral à la Fecafoot à la suite d’une requête d’Abdouraman Hamadou Baba.

Aussi, apprend-on que Samuel Eto’o, a, au cours de la réunion, présenté sa nouvelle initiative “BETOO“. L’ancien jour du FC Barcelone a par ailleurs soutenu que “BETOO“ n’aurait aucun lien avec les compétitions de la FECAFOOT.

Et dans une affaire beaucoup personnelle, Samuel Eto’o est revenu sur ses rapports heurtés avec l’ancien président de la FECAFOOT., Iya Mohammed. En effet, l’ancien capitaine des Lions indomptables aurait réitéré ses regrets concernant le sort de l’ex-dirigeant. « Iya Mohammed et moi, il y a eu beaucoup de bagarres. Mais, je n’avais pas à cette époque, certaines informations que j’ai eues bien après… Je prie le président Paul Biya de libérer le président Iya Mohammed », aurait déclaré Eto’o Fils.