Sport

Lions Indomptables : Allan Nyom révèle la frustration qu'il a ressentie lors du Mondial 2014

Lions Indomptables : Allan Nyom révèle la frustration qu'il a ressentie lors du Mondial 2014

Allan Nyom a exprimé la frustration qu’il a ressentie lors du Mondial 2014, de n’avoir pas été utilisé en temps opportun à son poste.

En arrivant au Brésil, le Cameroun ne s’attendait certainement pas à se transformer en risée internationale. Connue pour être fière, la sélection camerounaise espérait apporter un peu de réconfort à un peuple pour qui le football est une bouffée d’air frais. Surpris par le Mexique, humilié par la Croatie et dominé par le Brésil, le Cameroun affiche un bilan pire qu’en 2010.

Comment en est-on arrivé là ? Un groupe divisé entre les pros Eto’o et les pros Song, quelques melons dans l’effectif, un entraîneur sans autorité, des responsables davantage préoccupés par leur propre avenir et vous comprendrez la longue descente aux enfers du foot camerounais.

Allan Roméo Nyom, s’est livré à quelques confidences le mercredi 20 mai 2020, lors d’un Facebook live chez nos confrères du magazine sportif Afrik’sports. Il est notamment revenu sur le feuilleton de la Coupe du Monde 2014 au Brésil.

«C’était une sacrée expérience. Au niveau footballistique, non ! Ils ne m’ont pas donné ma chance. Il y a des moments où je n’ai pas su être à mon niveau, mais il y a des choses qui étaient compliquées de tolérer. Par exemple, lors du premier match (contre le Mexique: 0-1), on met (Cédric) Djegoue titulaire, puis à la mi-temps, on le sort et on met Dany Nounkeu. Après, le match contre la Croatie (0-4), au poste de latéral, on fait jouer Stéphane Mbia, et à la mi-temps, on a changé, et on a encore mis Dany latéral droit. Au bout d’un certain moment, je me suis rendu compte que j’étais quatrième latéral droit. Je me suis posé des questions, et je me suis demandé pourquoi ce monsieur m’a fait venir. Si c’était pour ça, il fallait me laisser aller en vacances. Je ne sais même pas pourquoi il m’a fait venir», a-t-il raconté.

L’ancien sociétaire de Granada n’avait finalement foulé la pelouse qu’au troisième et dernier match de poule du Cameroun, face au Brésil (4-1). Dans ce match là, il avait livré une belle prestation, et avait délivré la passe de l’unique but camerounais de ce mondial, signé Joël Matip, un autre frustré de cette épopée.