Sport

Le ministre des Sports au chevet de J. P. Akono, ancien sélectionneur des Lions Indomptables

Le ministre des Sports au chevet de J. P. Akono, ancien sélectionneur des Lions Indomptables

Le membre du gouvernement est allé apporter à l’ancien footballeur tout son réconfort.

Le Pr. Narcisse Mouelle Kombi a immédiatement réagi après l’annonce de la maladie de Jean-Paul Akono.  Le ministre camerounais des Sports, le 08 mars dernier,  s’est rendu au chevet de l’ancien sélectionneur des Lions indomptables. Le médaillé d’or olympique 2000 est interné au Centre hospitalier universitaire (CHU) à Yaoundé depuis deux mois. Son pronostic vital est engagé.

Réconfort

Le membre du gouvernement a pu constater que l’état de santé de J.P. Akono s’améliore   progressivement.  C’est pourquoi, « je lui ai exprimé mes vœux de réconfort et de prompt rétablissement, au nom du mouvement sportif national ». A écrit Le Pr. Narcisse Mouelle Kombi sur son compte Tweeter.

Infection pulmonaire

L’entraîneur de football camerounais a dû traiter une première infection pulmonaire. Ensuite, une deuxième infection pulmonaire, a-t-on appris auprès du journaliste sportif Boney Philippe. Sa famille est à son chevet et lance un appel à la solidarité. À bout de souffle, elle en appelle à toutes les âmes de bonnes volontés et aux autorités.

Santé fragile

Ce n’est pas la première fois que Jean-Paul Akono est gravement malade.  Déjà en 2014, l’ancien sélectionneur du Cameroun est tombé dans le coma. La présidence de la République avait ordonné des facilités pour son évacuation. « Depuis presque quatre jours, il ne mange plus, il parle difficilement. Aujourd’hui, il est tombé dans le coma. Il faut vraiment beaucoup prier pour lui », faisait remarquer un proche du médaillé d’or olympique 2000.

En 2013,  l’ex sélectionneur de l’équipe du Tchad (2002-2003) était  évacué en France grâce  à Samuel Eto’o fils. « J’y vais pour achever ma guérison », indiquait alors le technicien. Mais, contre l’avis de certains proches qui estimaient qu’il devait rester encore dans l’Hexagone pour bien récupérer, Akono était retourné plus tôt au bercail. Pensant qu’il était guéri.