Societe

Voici les quatre motifs graves pour lesquels Ernest Obama, « ex journaliste de Vision 4 » a été arrêté

Voici les quatre motifs graves pour lesquels Ernest Obama, « ex journaliste de Vision 4 » a été arrêté

Alors que des spéculations au sujet de l’arrestation de l’ancien employé du Groupe L’Anecdote Ernest Obama Nana tournaient aux premiers abords, autour d’une plainte déposée contre lui par la fondation Ayah, ONG humanitaire dont le siège est à Buea au Sud-ouest pour « diffamation, propagation de fausses nouvelles, chantage et injures », les véritables mobiles de son interpellation ont plutôt été dévoilés au cours du journal de 20h sur Vision 4 ce jeudi 18 juin 2020.

Pour des « motifs graves », c’est ainsi qu’il convient de qualifier l’arrestation d’Ernest Dieudonné Obama Nana par la Brigade territoriale d’Efoulan, arrondissement de Yaoundé 3 qui l’a conduit au secrétariat d’Etat à la Défense(SED) pour exploitation ce 18 juin 2020.

Abus de confiance

C’est le premier motif que retient Lebledparle.com de l’arrestation de celui qui est désormais « ex journaliste de Vision 4 ». Selon le reportage diffusé au journal sur Vision 4, Ernest Obama aurait profité de la pleine confiance que lui a faite son employé pour lui jouer des coups bas : « Ernest Obama est soupçonné d’avoir fomenté des coups bas en complicité avec les hautes personnalités de son pays pour mettre en mal son employeur Jean Pierre Amougou Belinga au moment où ce dernier gagne de plus en plus sa notoriété dans le monde des affaires en Afrique Centrale », peut-on apprendre de l’élément du journal.

Pourtant, relève notre confrère, « Jean Pierre Amougou Belinga dans sa magnanimité légendaire avait placé sa pleine confiance en lui, une confiance qui aurait permis à Ernest Obama d’être présent dans tous les grands voyages aux côtés du PDG (président directeur général, Ndlr) du Groupe L’Anecdote. Des occasions qui vont croitre ses ambitions de l’avis des observateurs et qui vont l’amener à poursuivre sa cabale pour discréditer Jean pierre Amougou Belinga après de ses partenaires de poids », relate la chaine à capitaux privés.

Sabotage

 Bien plus, l’autre chef d’accusation qui pèse sur l’ancien présentateur du programme hebdomadaire Club d’Elites est qu’il est soupçonné d’être de connivence avec certaines hautes personnalités pour contrecarrer l’action du chef de l’Etat : « Il se dit d’ailleurs que les journaux fiancés par ces personnalités tapies dans l’ombre ont été créés dans cette optique avec en prime le sabotage des actions instruites par le chef de l’Etat et implémentés par certains membres du gouvernement », souligne la télévision de Jean Pierre Amougou Belinga.

Haute trahison

Comme si cela ne suffisait pas, l’ancien directeur général de Vision 4 est pointé du doigt d’être de mèches avec les groupes activistes sur la toile à qui il livre des secrets du média basé à Efoulan à Yaoundé : « Des premières informations laissent croire que l’ancien présentateur du programme dominicale Club d’Elites divulguait de informations stratégiques sur l’entreprise aux activistes des réseaux sociaux », informe le confrère.

Détournements de fonds

Pour compléter la liste de ses frasques, il est reproché à l’ancien collègue de Parfait Ayissi Etoa d’avoir commis des malversations financières : « Ernest Obama aurait à son actif, de nombreuses frasques au sein du groupe de médias par lesquelles les détournements de fonds destinés à l’achat des matériels de la télévision, chiffré en terme de millions », a conclu la journaliste dans son énumération.

En exploitation au SED, une enquête est en vue pour en savoir plus dans les jours à venir.