Societe

un leader sécessionniste interpellé par la police

un leader sécessionniste interpellé par la police

Emmanuel Lohkoko Awoh est tombé dans les filets des forces de maintien de l’ordre, hier 06 février 2020 à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen.

Il est l’un des redoutables leaders de la crise séparatiste qui sécoue le Cameroun depuis 2016 dans les régions du Nord Ouest et du Sud Ouest.Son interpellation est l’aboutissement heureux d’un travail de longue haleine depuis plusieurs mois.

D’après nos informations, l’infortuné s’apprêtait à rallier son bastillon sous le couvert d’un prête-nom. Objectif, aller réorganiser la rebellion désaxée et affaiblie par les forces de défense et de sécurité dans les régions du NOSO.

But de la mission d’Emmanuel Lohkoko dans le NOSO

Les premières informations qui ont fuité de son audition hier au Secrétariat d’Etat à la défense, laissent entendre que son séjour au Cameroun était motivé par un programme bien précis. Renouer certains contacts dans les capitales politique et économique du pays question de redessiner la lutte indépendantiste après la mise aux arrêts de certains de ses frères d’armes. Un policier vo-lubile sur la question argue que:« ces contacts devaient lui permettre de récupérer les armes que la rébellion a acquise en occident, à la frontière d’avec le Nigéria ».

Ainsi, au travers de nouveau recrutements, il était mandaté d’attiser la flamme désormais frêle, de cette lutte armée. En effet, Emmanuel Lohkoko Awoh, devrait ainsi rejoindre au pénitencier, Julius Ayuk Tabe, Mancho Bibixy et plusieurs autres chefs séparatistes.