Societe

Remise des dons dans le Sud : Le chef de Minkan fait un rétropédalage et formule une requête à Paul Biya

Remise des dons dans le Sud : Le chef de Minkan fait un rétropédalage et formule une requête à Paul Biya

Alors que la vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux il y a un plus d’une semaine montrait le chef du village Minkan dans le Sud Cameroun aux prises avec le sous-préfet de la localité, le chef traditionnel a fait volteface dans une autre vidéo diffusée par les mêmes canaux.

Rappel des faits

Au cours de la semaine de l’Unité, le chef du village Minkan dans le Sud Cameroun Calvin Ango Bamba et le chef de terre ont fait une démonstration de la fable le Loup et l’Agneau.

« Ça, ça ne m’intéresse », avait tenté de refuser le don symbolique du président Paul Biya dans le cadre de la lutte contre la covid-19, arguant qu’il vivait au fin fond du village à la lisière Ebolowa-Kribi, comme pour présupposer que si besoin en était, c’était plus que le seau que lui remettait le sous-préfet. Ce dernier a tôt fait de rappeler à l’ordre son interlocuteur, lui ordonnant de rester « discipliné » au risque d’être débarqué.

Le rétropédalage du chef

Suite à cette scène qui a fait couler encre et salive, le chef du village Minkan a, dans une autre vidéo longue de 2 minutes 23 secondes, réitéré son soutien au président Paul Biya, par ailleurs président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(RDPC), parti pour lequel va « mourir » Sa Majesté Ango Bamba : « Je dis que je suis le chef de village Sa Majesté Ango Bamba Calvin, chef de 3ème degré. Lors de la remise des dons que le Chef de l’Etat nous avait envoyés, j’avais donné grand merci à ces dons-là. Nous sommes dépassés avec la COVID-19 qui dérange. Je n’avais plus ajouté les mots que les gens commentent de gauche à droite. Et moi je suis je suis toujours du RDPC, et je vais mourir dans le RDPC, parce que je supporte mon président de la République. Dans notre secteur, il n’y pas d’opposition. Je ne veux pas à ce qu’ils veuillent pouvoir m’induire dedans avec leur force. Je ne veux pas ça. Et celui qui veut me voir alors, il n’a qu’à partir chez le préfet. Lundi je serai avec le préfet pour lui causer nos affaires qui nous regardent lui et moi à Ebolowa », a-t-il affirmé dans un enregistrement vidéo diffusé sur la toile.

Message profond

Même si le fonctionnaire de l’administration territoriale a fait un rétropédalage en niant toute désapprobation encore moins un comportement irrévérencieux envers le père de la Nation, il a toutefois formulé ses vœux. Et qui plus que le président de la République de décider du découpage administratif du territoire ? « Et l’arrondissement que nous demandons, l’arrondissement de Bingalada, nous voulons ça ! Parce que quand on déjà notre arrondissement, nous sommes bien cela facilite le déplacement que de venir à Ebolwa. C’est tout ce que je veux et même nous tous, nous voulons ça », a-t-il parlé au nom de sa population.