Societe

Région du Sud: Un journaliste de Canal 2 International objet d'attaques tribalistes et menacé d'expulsion pour avoir couvert des affrontements entre des militants du MRC et des policiers

Région du Sud: Un journaliste de Canal 2 International objet d'attaques tribalistes et menacé d'expulsion pour avoir couvert des affrontements entre des militants du MRC et des policiers

Le journaliste Amboise Fogue a subi des menaces d’expulsion. Le journaliste en service à Canal 2 international aurait été menacé d’expulsion de la région Sud. Il lui est reproché en effet d’avoir couvert des échauffourées entre des militants du Mrc des forces de l’ordre.

C’est le Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) a réagi pour condamner les menaces. Selon le SNJC, « ce genre de comportement (…) tend à remettre en question la liberté de la presse et la cohésion sociale ».

Les raisons qui ont fait que le journaliste Amboise Fogue ait été menacé seraient la diffusion d’interviews. Leur enregistrement a eu lieu en effet le jeudi 5 décembre. Les entretiens ont été réalisées au cours d’affrontements qui ont opposé les militants du Mrc et des forces de l’ordre.

Outre la menace d’expulsion, Amboise Fogue a aussi été victime de propos tribalistes. De telles menaces et atteinte à la liberté du journaliste ont provoqué la réaction de la section locale du SNJC.

« Parce que ce camarade qui exerce le métier dans la région depuis 2003 sans heurt a interviewé avec d’autres confrères certains cadres du MRC, des personnes identifiées lui ont proféré des graves injures tribales et lui ont promis le rapatriement dans sa Région d’origine si jamais ses interviews étaient diffusées à la télévision. Ces incartades se sont déroulées en présence de certaines autorités administratives et de sécurité qui sont restées de marbre », soutient le Syndicat.

Le Syndicat national des journalistes du Cameroun n’exclut pas par ailleurs de porter l’affaire en justice.

« La section régionale SNJC Sud, réunie en ce jour, condamne avec la dernière énergie ce genre de comportement qui tend à remettre en question la liberté de la presse et la cohésion sociale chères à notre nation, et se réserve le droit de porter plainte si de tels actes venaient à se répéter ».

Les affrontements ont eu lieu après l’interdiction d’une réunion du Mrc. La manifestation devait avoir lieu dans un domicile privé, à Ebolowa.