Societe

Rapatriement des camerounais d'Allemagne : l'opération ciblerait-elle les membres de la BAS et ceux du MRC ?

Rapatriement des camerounais d'Allemagne : l'opération ciblerait-elle les membres de la BAS et ceux du MRC ?

Depuis un certain temps, des ressortissants camerounais vivant sur le territoire allemand sont confrontés aux mesures restrictives et conservatoires du gouvernement de ce pays. Des rapatriements de citoyens camerounais en situation irrégulière sont menés sans oublier la décision de l’ambassade d’Allemagne à Yaoundé de ne plus délivrer de visas jusqu’à nouvel ordre, sauf voyage d’affaires et cas urgents.

Autant de démarches qui laissent croire qu’en réalité ce sont les activistes de la Brigade anti-sardinards (BAS) et ceux du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC) qui sont ciblés dans cette opération.

Certes les relations entre le Cameroun et l’Allemagne sont au beau fixe, néanmoins Berlin a des soucis avec quelques ressortissants camerounais vivant sur son territoire. Ce qui l’a amené à prendre un certain nombre de mesures restrictives et conservatoires. Selon certains observateurs, c’est la BAS qui serait à l’origine de cette grande opération d’épuration.

Le témoignage de ce camerounais est suffisamment édifiant : « La cause immédiate est que les autorités allemandes sont débordées par de multiples plaintes de paisibles Allemands qui se plaignent de tout ce que vos frères camerounais font depuis l’avènement de ce que vous appelez  » Président Élu « . A cause de nombreuses plaintes que la police allemande reçoit, celle-ci a décidé d’ouvrir une enquête ».

D’énormes sommes d’argent transitent par plusieurs pays européens

Ce citoyen camerounais, sous couvert de l’anonymat, d’ajouter. « Dans ce fourre-tout, que vous appelez « président élu » la police allemande découvre une grosse magouille à plusieurs tentacules. De l’Allemagne en passant par Paris, Lyon (France), Bruxelles, Namur, Liège (Belgique) jusqu’en Italie. Dans ces différents pays, il y a d’énormes sommes d’argent qui transitent, et qui atterrissent dans de fausses cartes bancaires a usage unique. De grosses sommes d’argent dont on ignore la provenance… mais qui entretiennent un certain nombre maux dont l’Allemagne s’en passerait volontiers. »