Societe

plusieurs zones restent sous le contrôle des groupes armées dans le Sud-Ouest

plusieurs zones restent sous le contrôle des groupes armées dans le Sud-Ouest

C’est la révélation faite par le directeur du Centre d’études et de formation pour le développement au Tchad. De retour d’un voyage dans la région du Nord-Ouest, il fait son constat.

De l’avis du père Ludovic Lado, les pouvoirs publics n’ont pas beaucoup d’autorité dans certaines zones. L’homme de Dieu révèle que les populations locales sont victimes de cette guerre depuis 2016. Elles subissent le lourd tribut de la lutte entre les mouvements séparatistes armées contre l’armée républicaine. À certains endroits, la situation est à peine maîtrisée par l’armée camerounaise, notamment dans les grandes agglomérations et les routes viabilisées.

Une population en otage

«Le constat que je fais, c’est que cette zone comme toutes les zones anglophones minées par cette crise n’est plus entièrement bien évidemment sous le contrôle de l’Etat. Si les axes principaux qui sont jonchés de détachements de l’armée, sont relativement sécurisés ou «safe» pour parler en anglais , les périphéries sont entre les mains des groupes Ambazoniens. Ce sont eux qui font la loi dans ces régions là» fait-il savoir. En effet, les populations locales sont donc très souvent prises en otage par les différents protagonistes engagés sur le terrain du conflit.

Comme proposition de sortie de crise, le pourfendeurs du régime de Yaoundé, est favorable à l’ouverture du dialogue sincère entre les différents belligérants. Suite à la rumeur ayant annoncé le début des négociations entre le gouvernement et les prisonniers de la crise anglophone depuis quelques jours, il s’est réjoui dans l’espoir que ces négociations aboutissent à la paix et la concorde.

Malheureusement, cette nouvelle a été vite démentie par le ministre de la communication ce 06 juillet 2020. Dan son communiqué, René Emmanuel Sadi indiqué qu’il n’en rien car la justice est en branle contre les personnes poursuivies dans le cadre de la crise anglophone. Une sortie qui vient interrompre les espoirs du père Ludovic Lado qui souhaite que ce conflit armé cesse ainsi.