Societe

Menoua : trois personnes décèdent après avoir consommé du couscous

Menoua : trois personnes décèdent après avoir consommé du couscous

Le drame est survenu mardi 18 février dernier à Fokamezo, un village de l’arrondissement de Nkong-Ni. Le mystère plane sur les circonstances du drame, mais la thèse d’un empoisonnement est soutenue par les habitants du village.

Le séjour sur terre de trois personnes vient de s’arrêter brutalement dans le village Fokamezo. Mardi 18 février dernier, Marie Francine Dongho, Lucie Keuloko, toutes âgées d’environ 20 ans ; et un enfant âgé de 5 ans, ont trouvé la mort de manière tragique après avoir consommé un mets de couscous.

Selon nos sources, après les classes, Lucie, élève de classe de première au lycée technique de Fokamezo, va se rendre comme souvent, au domicile de ses parents avec son amie Marie Francine, originaire de Bamendou, village à Fokamzo. Les deux adolescentes vont consommer le mets retrouvé à la maison.

Seulement pendant qu’elle retourne au domicile de ses parents, Marie Francine ressent soudainement des douleurs abdominales atroces, mais n’en parle à personne à l’instant. Constatant que les douleurs s’aggravaient au fil du temps et qu’en plus, s’étaient ajoutés des vomissements, elle va se confier à ses parents et demander d’être conduite à l’hôpital. Mais, à peine arrivée au centre de santé du coin, elle passe de vie à trépas autour de 18 heures.

Pendant ce temps, les autres personnes ayant consommé le même repas, vivaient le même calvaire. Conduites au centre de santé de Fokamezo, l’infirmier, du fait de l’absence d’un médicament pouvant les amener à vomir, il va sous la pression du chef du village, demander que ces patients soient évacués d’urgence au centre de santé de Dschang. Chemin faisant, ces deux personnes vont également rendre l’âme.

Soupçon d’un empoisonnement

Après ce drame, les habitants du village Fokamezo soutiennent mordicus la thèse d’un empoisonnement. Ils sont convaincus de ce que l’acte odieux a été préalablement prémédité par l’un des ennemis de la famille dont est issue Marie Francine Dongho.

«Le repas était préparé depuis trois jours. Et ces enfams l’ont consommé les deux jours précédents sans avoir de problème. Le matin du drame, avant d’aller à l’école, ils l’ont .consommé comme petit-déjeuner. Même la mère de la fille de la maison, en allant au champ, elle a emporté une partie du repas. L’un de ses fils et elles l’ont consommé et n’ont pas eu de problème. On ne comprend pas pourquoi c’est te repas laissé à la maison qui ait produit ces dégâts », renseigne un habitant de ce village qui soupçonne que quelqu’un se soit introduit furtivement dans la maison pour empoisonner le repas,

Pour faire la lumière sur cette tragédie, une enquête a été ouverte par la compagnie de gendarmerie. Les corps des personnes décédées se trouvent pour l’heure à la morgue de l’hôpital de district de Dschang.