Societe

Littoral : les dégâts collatéraux du Coronavirus

Littoral : les dégâts collatéraux du Coronavirus

Les autres malades sont désormais des personnes non désirées dans plusieurs hôpitaux de la ville à cause de cette pandémie.

Là priorité est désormais accordée aux malades du Coronavirus dans la région du Littoral en général et la ville de Douala en particulier. Ceux qui souffrent de cette maladie sont désormais la priorité dans plusieurs hôpitaux de la capitale économique du Cameroun.

Pour prendre en charge de manière optimale les patients victimes de cette maladie, pour administrer convenablement des soins à ces derniers et surtout les maintenir à l’écart de la population, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de ‘la région du Littoral, président du Comité régional de lutte contre cette pandémie, vient de prendre certaines mesures visant à lutter efficacement contre cette

maladie. Selon un communiqué signé par Aboubakar Njikam sur ordre du gouverneur de la région du Littoral en date du 4 avril 2020 est rendu public, ce dernier demande aux responsables des hôpitaux tels que l’hôpital Laquintinuie, l’hôpital Gyneco Obstétrique et pédiatrique de Yassa qui sont les établissements hospitaliers les plus équipés de la région, de se préparer à accueillir les malades du Coronavirus de la ville de Douala et de la région du Littoral.

A côté de ces deux hôpitaux de 3ème catégorie, la note du gouverneur de la région du Littoral réquisitionne aussi l’hôpital de district de Logbaba dans l’arrondissement de Douala 3ème, le Centre médical d’arrondissement de Nkololoun et le Centre médical d’arrondissement de Bonamoussadi.

C’est ainsi cinq établissements hospitaliers de la ville de Douala dont deux des plus importants qui viennent d’être réquisitionnés pour la prise en charge des patients du Coronavirus. «Honneur vous faire connaître que sur instruction du Minsanté, vos structures sanitaires respectives sont mises à disposition- coordination riposte sanitaire covid- 19 dans la région du Littoral. Pour accueil exclusif des malades du Covid-19. Bien vouloir prendre attache avec le coordonnateur régional de ladite riposte. Urgence et importance signalées», instruit le communiqué du gouverneur de la région du Littoral.

«Le communiqué du gouverneur dit que les malades du Coronavirus sont prioritaires par rapports à nous. Toutes les maladies tuent. Ils n’y a pas de spéciale mort. Mort c’est mort. On ne peut pas nous léser au profit des malades du coronavirus. Nous avons aussi droit aux soins», explique-, David, Leussa, un malade qui’ souffre de l’hypertension artérielle.

«Des mesures spéciales sont prises pour les malades du coronavirus tandis que nous qui soufrons de l’insuffisance rénale sommes abandonnés. Depuis que nous manifestons pour l’augmentation des appareils de dialyse, presque rien n’est fait pour améliorer notre quotidien», affirme un autre malade rencontré à l’hôpital général de Douala.

Cause internationale

Selon des informations de la délégation régionale de la Santé,-le fait de réquisitionner lesdits hôpitaux ne signifie pas qu’on va chasser les autres malades. La preuve, les autres malades sont bel et bien encore dans leur pavillon. L’hôpital et ces structures de santé fonctionnent normalement, sauf qu’il faut aménager des espaces et un personnel prêt à accueillir les malades du coronavirus, apprend-on.

«Compte tenu de la vitesse de propagation de la maladie et les moyens sanitaires limités pour la prise en charge des malades, il faut la contenir, d’où ces mesures-là. A maux spéciaux, mesures spéciales», laisse entendre un spécialiste de la santé rencontré à la délégation régionale de la santé pour le Littoral.

Au regard des dégâts causés par cette pandémie dans le monde, avec le nombre des morts qui se compte par milliers chaque jour, le Cameroun doit se préparer, pour ne pas être surpris comme au départ où on a laissé des gens rentrer dans le pays sans qu’on ait pris des dispositions promptes pour les confiner.

Au moment où nous allions .sous presse, le bilan de cette maladie au pays de Paul Biya affichait, 658 cas confirmés, 9 décès pour 17 personnes guéries.