Societe

Les premiers mots d'Ernest Obama après sa libération

Les premiers mots d'Ernest Obama après sa libération

Ernest Obama se positionne désormais artisan de paix et veut « tout pardonner ». Après sa libération intervenue le 25 juin 2020, l’ex-directeur de la chaine de télévision Vision4, a fait une série de publications sur sa page Facebook. Il prévoit d’ailleurs un entretien virtuel avec de jeunes entrepreneurs qui souhaitent bénéficier d’un accompagnement.

C’est un Ernest Obama métamorphosé qui est sorti du Secrétariat d’État à la défense (SED) le jeudi 25 juin. Connu pour ses positions parfois tranchées sur l’actualité sociopolitique du pays, l’ancien employé du Groupe L’Anecdote veut écrire une nouvelle page de sa vie.

Dans une publication sur sa page Facebook officielle, le journaliste a lancé un appel à l’unité, prônant dans le même temps, l’abolition du tribalisme au Cameroun : « Cessons le tribalisme. En prison il n’y a pas d’espace Bulu, Bamiléké, Anglophone, ou autres. Soyons frères », a formulé, l’auteur de « Tout est pardonné ».

Poursuivant, le journaliste annonce : « Dès demain soir [vendredi 26 juin 2020 Ndlr], on lance les jeunes. Les projets qui seront en commentaire seront boostés. Nous allons nous follow entre nous et on avancera. Le rendez-vous c’est à 20 h. Apprêtez vos projets et liens de vos pages. Je ferai une publication je souhaite que vous soyez présent en commentaire. Nous allons nous follow entre nous », a martelé le journaliste.

Arrêté le 18 juin pour des malversations financières orchestrées lorsqu’il était à la tête de Vision4, le journal aura passé 7 jours de détention au SED. Il a été libéré le jeudi 25 juin 2020 à la suite d’une demande de Jean-Pierre Amougou Belinga adressée au procureur de la République près la Cour d’Appel du Centre.