Societe

Le journaliste à la CRTV Yves Marc Medzo réagit à l’affaire de l’activiste de la B.A.S amputée de sa jambe

Le journaliste à la CRTV Yves Marc Medzo réagit à l’affaire de l’activiste de la B.A.S amputée de sa jambe

Le journaliste et éditorialiste de la Cameroon Radio Television(CRTV) a examiné l’affaire Winnie Savanah, activiste de la B.A.S qui a vu sa jambe amputée des mois après un combat qu’elle a opposé au régime en place.

Winnie Savanah, activiste de la Brigade Antisardinards (B.A.S) a été blessée en octobre 2019 lors d’une manifestation à Lyon en France contre le régime du président Paul Biya.

Malheureusement pour cette dernière, la blessure a engendré une amputation de l’une de ses jambes comme elle le faisait savoir dans une vidéo qui fait la boule des réseaux sociaux depuis près d’une semaine.

Réagissant à ce fait quoiqu’il en soit, douloureux, Yves Marc Medzo a signé une chronique au poste national de la CRTV ce vendredi 26 juin 2020.

Pour le confrère, « Le sort de cette compatriote sur le point d’être amputée d’une jambe, pour avoir choisi d’aller insulter son pays et ses dirigeants à Lyon en France, devrait amener ceux et celles qui partagent son combat à éviter que les leçons leur servent encore de leçon », déclare-t-il.

Lebledarle.com vous propose ci-dessous un morceau de la chronique du journaliste spécialiste de l’actualité du Palais de l’Unité.

....Difficile de rester insensible, de ne pas écraser à son tour une larme sur le sort de cette compatriote ou alors de cette combattante comme ils ont choisi de se faire appeler. L’émotion suscitée par ces images est de toute évidence vive. Mais dans le même temps, elle appelle à méditer. A méditer sur le combat qui a valu à cette dame de perdre ainsi sa jambe. A méditer aussi sur les modalités utilisées pour faire entendre sa voix. S’il est tout à fait admissible qu’un citoyen ne puisse pas partager la politique d’un dirigeant, aller jusqu’à perdre un membre de son corps parce qu’on a voulu jeter l’opprobre sur son Chef de l’Etat, est un titre de gloire dont cette dame aurait bien pu se passer. Ses donneurs d’ordre qu’elle appelle aujourd’hui à la rescousse, gambadent paisiblement à travers la planète, bénéficiant des attentions de leurs proches. Le sort de cette compatriote sur le point d’être amputée d’une jambe, pour avoir choisi d’aller insulter son pays et ses dirigeants à Lyon en France, devrait amener ceux et celles qui partagent son combat à éviter que les leçons leur servent encore de leçon...

La vidéo de Winnie Savanah