Societe

le corps sans vie d'un garçon âgé de 15 ans extrait des eaux froides du Mayo Kaliao à Maroua

le corps sans vie d'un garçon âgé de 15 ans extrait des eaux froides du Mayo Kaliao à Maroua

L’adolescent était entrain de nager en compagnie de ses quatre amis lorsqu’il s’est retrouvé dans un endroit où le courant est fort. Le drame s’est produit le 01er juillet dernier.

Les multiples tentatives des témoins de sauver le petit garçon ont été sans effets positifs. C’est alors que les éléments des équipes spéciales d’intervention rapide seront saisis. À leur tour, ils vont alertés les éléments du centre secours de Maroua. Accompagnés par quelques volontaires du quartier, la fouille sera lancée.

Au bout de trois heures intenses de recherches, le corps sans vie de Moustapha Widala est retrouvé et mis hors des eaux. Après constatation du décès, la dépouille a été immédiatement remise à son oncle paternel chez qui, il habitait.  Trempé dans l’émoi, son oncle raconte que l’enfant est arrivé dans la ville de Maroua quelques jours plutôt et habitait avec lui, le quartier Domayo Toupouri.

Succession de noyades

En l’espace d’une semaine, c’est la deuxième perte en vie humaine enregistrée dans la rivière Mayo Kalio à Maroua. Pour les responsables du centre secours des sapeurs pompiers de la ville de Maroua, les parents gagneraient à redoubler de vigilance pour épargner leurs progénitures des risques et autres activités dangereuses autour de cette rivière, notamment en cette période marquée par de fortes précipitations qui augmentent le lit du Mayo Kalio. Il n’est plus bon pour les nageurs mateurs de s’aventurer dans les eaux froides de cette rivière qui contourne le chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord.

Interdiction des baignades dans les cours d’eaux

C’est une décision vient d’être prise par l’autorité municipale de Maroua 1er, compte tenu de la gravité du phénomène. Le maire estime que cette décision est motivée non seulement par le nombre des décès enregistré ces derniers temps mais à cause des travaux qui sont en cours .

« Il s’agit de travaux de grandes envergures où le sable est devenu très mouvant. Ce qui rend les baignades très dangereuses. Nous déplorons ces décès et nous demandons aux parents de veiller sur les enfants et de surtout les retenir à la maison en cette période des vacances», indiqué Hamadou Hamidou, maire de la Commune de Maroua 1er.