Societe

Justice : Djeuga hôtel traîne certains de ses employés au tribunal pour escroquerie

Justice : Djeuga hôtel traîne certains de ses employés au tribunal pour escroquerie

Les débats se sont ouverts le 18 octobre 2019 au Tribunal de Grande instance du Mfoundi.

L’ex-chef service en charge de la lingerie de l’Hôtel Djeuga est dans de beaux draps. Son  employeur l’accuse d’abus de confiance aggravée et d’escroquerie en coaction avec Béatrice Koutchou. Les débats se sont ouverts le 18 octobre 2019 au Tribunal de Grande instance du Mfoundi. C’est dans la ville de Yaoundé. L’information est du journal Ecomatin.

A l’en croire, Awoumou se « serait saisi spécialement d’un lot de draps et des serviettes ». Des draps qu’il est allé « l’écouler au marché central de Yaoundé. Alors que l’établissement hôtelier venait à peine d’acquérir ce kit ».

Le prévenu clame son innocence

Pour sa défense, le prévenu dit n’avoir pas été présent au moment de l’incident. « J’étais en repos le jour du forfait. Le linge querellé avait été acheté en Chine et n’était pas adapté aux lits du Djeuga. Il était donc question pour le directeur de l’établissement de signer un bon de sortie. Afin d’adapter le linge à son environnement ». Se défend-il.

Le représentant du parquet conteste

Épuisée d’attendre ledit bon de sortie, Béatrice Koutchou aurait emporté le linge.  Et ce sans l’autorisation de sa hiérarchie. C’est du moins ce que soutient le principal inculpé dans cette affaire. De son côté, le représentant du parquet, conteste ces déclarations. Il soutient le contraire : « M. Awoumou avait déjà reçu une demande d’explications relative à la disparition du linge en question.  La plainte date de 2013, alors qu’il était encore en service ».  L’audience a été renvoyée au 7 décembre prochain.

Décidemment les entreprises ont maille à partir avec leurs employés ou ex-employés. En juillet 2019, Express Union avait eu gain de cause dans une affaire d’abus de confiance.

L’affaire  opposait  l’entreprise à certains de ses agents.  Il s’agissait de Kamguia Armand Blaise, ancien directeur régional de la société dans le Sud.  De Nzeukoue Alain Chamford, gestionnaire des comptes et Atangana Germain, un passager.  Le premier cité avait été déclaré coupable et condamné à deux ans d’emprisonnement ferme. Il devait payer à son ancien patron 200 millions de FCFA en compensation. Les deux derniers avaient été acquittés purement et simplement pour faits non établis.