Societe

Jean Lambert Nang et Jean Bruno Tagne s'étripent sur les réseaux sociaux

Jean Lambert Nang et Jean Bruno Tagne s'étripent sur les réseaux sociaux

Les deux journalistes se sont copieusement insultés sur Facebook. Le premier traitant le second de tribaliste.

Jean Lambert Nang et Jean Bruno Tagne se livrent à une guerre des mots sur les réseaux sociaux. Tout part d’une publication de l’ancien journaliste de Canal2 international sur sa page Facebook. « Savoir sortir…On peut comprendre ou même pardonner à un dirigeant son bilan mitigé pendant un long règne à la tête de son pays ; aucune œuvre humaine n’étant parfaite. D’autres poursuivront le chantier. C’est même cela le sens de l’alternance. Il faut de nouvelles idées, un nouveau souffle. Par contre, ce qu’on ne lui pardonnera pas c’est de ne pas soigner et réussir sa sortie pour éviter à son pays le chaos ». Avait-il écrit.

« Tu es du MRC, assume comme j’assume d’être du RDPC »

La réaction de Jean Lambert Nang ne s’est pas fait attendre.  L’ancien journaliste de la CRTV estime que son confrère est obsédé par président Paul Biya. « Tagne, l’obsession chez toi c’est de voir Biya partir dans l’espoir Dieu seul sait de quoi. Moi, tribaliste ? Non, patriote. Je ne rendrai aucun plaisir à voir détruire mon pays pour des rêves mirifiques. Jamais je ne chiffonnerai les institutions républicaines pour espérer les remplacer en diffusant la haine sous des textes apparemment impersonnels. Tu es du MRC, assume comme j’assume d’être du RDPC. Aie ce courage là au lieu de continuer de tromper tes affidés que tu es journaliste et donc sans parti pris. Dès que tu auras exhibé ta carte de militant, je te respecterai. Sinon, pfff », commente-t-il.

« Ton obsession tribale est connue de tous »

En contre-attaque,  l’auteur du livre « Accordée avec fraude » accuse son confrère de tribaliste : «  Ton obsession tribale est connue de tous. Ce que tu es parlé plus fort que ce que tu prétends. Je n’ai rien à te prouver », affirme Jean Bruno Tagne.

Alors que les internautes croyaient cet épisode passé, l’ancien chef service Sports à la chaine publique nationale revient à la charge. « Merci à tous de m’avoir apporté les preuves de ce que je dis. Votre escroquerie intellectuelle ne passera pas. Un président de la république, ça se fait élire. Continuer de fuir les élections et passer le temps à appeler à la déstabilisation des institutions, est une lâcheté que vous avez en partage avec Kamto et Tagne. Pour le tribalisme, repassez plus tard, si ça vous chante. Moi, j’assume! », répond le journaliste.

« Jean-lambert Nang tu es un adepte des outrances et de la vulgarité. Pardon de ne pas évoluer sur le même terrain que toi. Ma liberté te fait souffrir. Tu souffriras encore pour longtemps parce que je compte user de ma liberté. Mes talents oratoires (merci de m’en reconnaître) j’en fais librement ce que je veux. Liberté mon Cher Watson! », martèle Jean Bruno Tagne.