Societe

Face au Covid-19, « le confinement de tout le pays devrait être une option envisageable »

Face au Covid-19, « le confinement de tout le pays devrait être une option envisageable »

Charles Guy Makongo, Juriste internationaliste

« Il me semblé que le gouvernement Camerounais devrait rapidement prendre une mesure de confinement général de Yaoundé, Douala et Bafoussam, et interdire tout déplacement de ces villes et vers elles. Il me semble aussi qu’il est temps d’autoriser l’importation ou la production locale de la chloroquine et ce, malgré les débats scientifiques en cours sur son efficacité. La chloroquine a tout de même fait ses preuves dans certains pays.

D’ailleurs des pays comme la RDC qui ont une longue histoire et expérience de combat des endémies ont déjà validé sa production à large échelle. Cette démarche me semble salutaire au moment où la communauté scientifique ne semble pas offrir mieux pour la prise en charge de masse.

Sur la question du confinement, le Cameroun doit arrêter avec ces tergiversations coupables qüi mettent en avant la supposée précarité des «bensikineurs», «bayam selam» et autres…qui paradoxalement seraient les premières victimes du virus si rien n’est fait.

Le confinement de tout le pays devrait être une option envisageable. Pécher par excès dans les circonstances actuelles ne devrait émouvoir personne.

Les politiques et scientifiques ayant pouvoir de décision le savent: si le Covid-19 n’est pas rapidement contenu, le bilan de l’Italie pourrait être dépassé. Le virus nous impose une guerre asymétrique qui commande une riposte dynamique et l’implication de tous. Le gouvernement devrait le comprendre et passer très rapidement à une autre phase de la riposte. En ce moment et plus que jamais, le pays a besoin d’un catalyseur, d’une union sacrée pour combattre le COVID-19. Gou-vernement, administration, mairies, entreprises, familles, opérateurs économiques, chefferies…chacun devrait comprendre que le Cameroun est en guerre.

En tout état de cause, l’impulsion devrait venir du gouvernement et de ses démembrements.

A l’observation, il me semble malheureusement que la riposte camerounaise n’est pas encore à la hauteur du danger auquel fait face le pays ; elle me semble encore timide et par conséquent potentielle source d’insécurité.

Mais, il est encore temps de s’ajuster et d’affirmer l’autorité de l’Etat tant en ce qui concerne le respect des mesures actuelles, de celles qui devront nécessairement être prises en supplément, qu’en ce qui concerne la capacité de création d’une vraie union sacrée nationale autour de la riposte contre le COVID-19. Le pays a en ce moment plus besoin de cohérence et de consistance dans la riposte que d’actions isolées, événementielles et publicitaires. Corona est loin d’être une fiction. Il s’agit encore une fois d’un ennemi nous imposant une guerre asymétrique ».