Societe

Effondrement du pont de Mizao: les instructions de Biya à Ketcha Courtès

Effondrement du pont de Mizao: les instructions de Biya à Ketcha Courtès
La rupture de l’important pont de Mizao qui relie Maroua 2e à Maroua 1er, a des conséquences économiques et sociales graves.

Par exemple, l’effondrement du pont va sans doute retarder la rentrée scolaire 2019/2020 fixée lundi 02 septembre 2019. « Il ne fait pas de doute que la rentrée ne sera pas effective lundi pour certains élèves qui doivent traverser le pont pour rejoindre leur école sur l’autre rive. Emprunter la voie de contournement est plus fastidieux. On gagnerait à lancer au plus vite les travaux pour réhabiliter cette infrastructure » estime un riverain.

C’est justement l’urgence de la reconstruction qui a amené le président de la République à dépêcher sur les lieux du sinistre, la ministre de l’habitat et du développement urbain.

En effet, la cellule de communication du ministère de l’habitat et du développement urbain fait savoir que « sur très hautes instructions du Chef de l’Etat, répercutées par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Madame Célestine KETCHA COURTES, Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain entame ce jour 31 août 2019, une mission dans la Région de l’Extrême-Nord, suite à la rupture de certains ouvrages de franchissement dans ladite Région, notamment le pont MIZAO à Maroua et le Pont Serewa à Tokombéré. Des mesures urgentes ont été prises par le Gouvernement à l’effet de faciliter la mobilité des riverains.

Il s’agit de : La sécurisation des accès aux différents ouvrages endommagés ; L’aménagement en urgence des déviations. Par ailleurs, d’autres dispositions sont également prises pour des actions rapides en vue : - du démontage du pont Mizao endommagé ; - le lancement en urgence de la construction du nouveau pont en préparation. - de la construction d’un ouvrage de franchissement sur le mayo Serewa à Tokombéré ; - du recadrage et la relance des travaux de réhabilitation de la voirie urbaine de la ville de Maroua ».

Selon notre source, l’ex Maire de la Commune de Bangangte, a donc reçu pour mission, d’implémenter en 48 heures, l'action urgente et durable du gouvernement, en recherchant les solutions adéquates pour des ouvrages attaqués par des changements climatiques et l'érosion.