Societe

Échauffourées d'Ebolowa: un Journaliste de Canal 2 menacé d'expulsion

Échauffourées d'Ebolowa: un Journaliste de Canal 2 menacé d'expulsion
Le Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC), condamne « ce genre de comportement qui tend à remettre en question la liberté de la presse et la cohésion sociale ».


Le journaliste Amboise Fogue, reporter en service à la chaine de télévision Canal 2 international, pourrait bientôt être déclaré persona non grata dans la Région du Sud. Il est en effet menacé d’expulsion de la Région natale du Chef de l’Etat s’il faisait diffuser les interviews enregistrées hier jeudi 05 décembre 2019 à Ebolowa au cours des échauffourées qui ont opposé les militants du mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), parti politique d’opposition, aux forces de maintien de l’ordre.

Avant la menace d’expulsion, notre confrère, a essuyé des propos tribalistes. Tous ces écarts de comportement n’ont pas laissé indiffèrent la section locale du Syndicat national des journalistes du Cameroun.

« Parce que ce camarade qui exerce le métier dans la région depuis 2003 sans heurt a interviewé avec d’autres confrères certains cadres du MRC, des personnes identifiées lui ont proféré des graves injures tribales et lui ont promis le rapatriement dans sa Région d’origine si jamais ses interviews étaient diffusées à la télévision. Ces incartades se sont déroulées en présence de certaines autorités administratives et de sécurité qui sont restées de marbre. La section régionale SNJC Sud, réunie en ce jour, condamne avec la dernière énergie ce genre de comportement qui tend à remettre en question la liberté de la presse et la cohésion sociale chères à notre nation, et se réserve le droit de porter plainte si de tels actes venaient à se répéter » écrit Jérôme Essian, président du SNJC-Sud, dans une déclaration publiée ce vendredi 6 décembre 2019

Rappelons que les échauffourées sont nées de la décision de la police d’interdire une réunion des responsables du MRC qui se tenait dans un domicile privé hier à Ebolowa.