Societe

Douala : Les portails des écoles restés fermés

Douala : Les portails des écoles restés fermés

Des élèves se sont rendus dans les écoles pour se rassurer de l’effectivité de la fermeture telle que prescrite la veille par le Premier ministre.

Il est bientôt 7h ce mercredi 18 mars 2020. Le portail du Collège moderne bilingue la Maturité (Comobimat) situé au quartier Bépanda est fermé. Le vigile en faction est posté à l’extérieur de l’établissement scolaire en compagnie de quelques enseignants. L’un d’eux écoute les informations matinales via son téléphone portable. Des élèves, en tenue pour certains et en civile pour d’autres, rodent autour. Ils sont venus se rassurer de la fermeture effective du collège telle que prescrite la veille par le Premier ministre Dion Ngute, parmi les 13 mesures de prévention à la propagation du Coronavirus. «Vous pensez que le collège est au-dessus du ministre ? Vous n’avez pas suivi le journal ? Il n’y a pas école. Il faut rentrer à la maison », intime un enseignant. Mais d’autres élèves arrivent toujours. Ils seront bientôt près de 20. « On ne veut pas de regroupement non plus. Il n’y a pas classe.

Rentrez !!! », gronde le vigile. Qui entreprend maintenant à demander aux élèves à distance de rebrousser chemin. Au lycée bilingue de Bépanda, la consigne est respectée. Le portail est fermé à 8h. Pas l’ombre d’un élève. À l’école publique de Bepanda Bonewonda, alors que l’horloge affiche 8h35, des enfants jouent dans la cour, insouciants. Les salles de classe restent cependant fermées. C’est le même tableau au Government English Primary school de Deïdo-Bonateki, Ici, une fiche signée de la directrice renseigne sur la situation pour édifier les parents. « Nous sommes venus ce matin parce que nous savons que tout le monde n’est pas toujours au courant d’une information. Nous sommes venus pour demander aux élèves de rentrer chez eux. Nous rentrerons aussi après », indique Agnès Ashu Agbor, la directrice de l’école primaire Government English Primary school de Deïdo-Bonateki. Ici, les forces de maintien de l’ordre ont d’ailleurs contribué dans l’opération de renvoi des élèves à la maison.