Societe

Décès de Me Sylvain Souop : plusieurs thèses avancées

Décès de Me Sylvain Souop : plusieurs thèses avancées

La disparition subite de Me Sylvain Souop près d’une semaine après, continue d’alimenter les débats qui aboutissent le plus souvent à des polémiques. D’abord à cause du poids que constitue une telle perte sur la scène socio-politique, mais aussi et surtout à cause des circonstances d’une mort qui en est devenue mystérieuse.

L’avocat révélé à l’opinion publique principalement par les combats judiciaires du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et de son leader Maurice Kamto a rendu l’âme jeudi dernier à Yaoundé cinq jours après un accident de la circulation apparemment sans graves conséquences.

Le 10 janvier, il quitte Yaoundé pour se rendre dans son Ouest natal où il doit prendre part le lendemain aux obsèques de son confrère Me Tagne René à Bandjoun, après un détour à Dschang pour assister un autre de ses homologues, Me Sabzé, qui enterrait sa mère. C’est en partant de Dschang pour Bandjoun que sa voiture, avec à son bord, outre le chauffeur, son épouse, un autre confrère, Me Térnaté Jenner, et lui-même, fait un tonneau après avoir été déséquilibrée par des dos d’âne.

Me Souop s’en tire avec une fracture au bras droit et donnera lui-même des nouvelles de son état à ses proches en les rassurant. Il est ensuite hospitalisé, en attente de l’opération de son bras. D’après plusieurs sources, les paramètres prélevés sur l’avocat en prélude à la chirurgie ne sont pas de nature à encourager une opération immédiate. En fait, sa tension est très élevée, au-delà de 17, et la situation persiste ainsi en dépit des dispositions prises. Il reçoit néanmoins ses visiteurs jusqu’à la soirée du dimanche, renseigne Kalara. La nuit suivante, son état de santé ne s’arrange pas et il tombe quasiment dans l’inconscience. En soins intensifs, il finit par rendre l’âme. La chirurgie de son bras n’a pas été effectuée jusque-là. Quand la nouvelle de sa mort est rendue publique, elle suscite naturellement des questionnements auprès de ceux qui l’ont vu en image après son accident, bandage au bras et sourire aux lèvres comme d’habitude, rassurant ses correspondants.

Les causes avancées par des sources

Une rumeur parle de complications préopératoires fatales, une autre parle d’une mauvaise réaction à l’anesthésie, ce qui suggère une erreur, voire pour certains une faute médicale… Une autre source suggère un accident vascuto-cérébral (AVC) consécutif notamment à une hypertension aiguë et téméraire. De toutes les façons, aucune information officielle n’a été donnée jusqu’ici sur la cause exacte du décès de l’avocat, «par respect pour le patient disparu et sa famille», précise-t-on de source médicale.

Le collectif des défenseurs du MRC n’a pas hésité à demander que des investigations soient faites pour éclairer la nature des soins et actes médicaux reçus par l’ancien coordonnateur de leur regroupement afin d’établir les responsabilités en cas d’erreur ou de faute.