Societe

Décès d'Adamou Ndam Njoya: Le leader de l'UDC sera inhumé à Foumban (Ouest)

Décès d'Adamou Ndam Njoya: Le leader de l'UDC sera inhumé à Foumban (Ouest)

L’opposant camerounais Adamou Ndam Njoya, est décédé ce samedi à Yaoundé des suites d’une longue maladie. Ses proches se préparent pour la cérémonie d’inhumation qui devrait se faire d’ici les prochaines heures.

Les acteurs politiques camerounais sont encore sous le choc depuis l’annonce tôt ce samedi matin du décès de Adamou Ndam Njoya, président de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC), parti d’opposition. Des sources ont recueilli cette nouvelle par le biais de son camarade de parti, l’honorable Adamou Koupit.

« En effet. Il est décédé très tôt ce matin (samedi 7 mars 2020, NDLR) à Yaoundé. Au moment où je vous parle, nous sommes en train de faire nos valises pour Foumban (Ouest) où il sera inhumé », a confié le nouveau député UDC dans la circonscription du Noun-Centre.

Affaibli par la maladie ces dernières années, le Dr Adamou Ndam Njoya avait été évacué en Afrique du Sud pour des soins. Mais en raison de sa santé déliquescente, il a été ramené à Yaoundé et c’est de la capitale politique qu’il quitte définitivement la scène politique.

Candidat à l’élection présidentielle de 2018, son état de santé ne lui avait pas permis de se déployer sur le terrain de la campagne politique, et durant tout le processus, il était resté cloîtrer sur son lit d’hôpital en Afrique du Sud.

Au service de la Nation

Avant la création de l’UDC en 1991, Amadou Ndam Njoya a travaillé pour plusieurs services gouvernementaux. Il fut brièvement membre du ministère des Affaires étrangères (1960-1970).

Il a également travaillé pour la Fondation Carnegie pour la paix internationale au Cameroun en tant que directeur du programme de formation diplomatique. Dans le même temps, il collabora à la création et devint le premier directeur, de 1972 à 1975, de l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC). En 1975, il fut nommé vice-ministre des Affaires étrangères.

En 1977, Ndam Njoya fut nommé au ministère de l’Éducation nationale. A la suite de divergences, le président Ahmadou Ahidjo le renvoya de son poste, en 1980, et le nomma ministre délégué à la présidence chargé de l’inspection générale de l’État et des réformes administratives. Il sera définitivement renvoyé du gouvernement en janvier 1982.