Societe

Cyrille Atonfack, porte-parole de l’armée s’interroge : «Pour qui roule l’église catholique au Cameroun ?»

Cyrille Atonfack, porte-parole de l’armée s’interroge : «Pour qui roule l’église catholique au Cameroun ?»

Le porte-parole de l’armée camerounaise est longuement revenu sur la morts de plusieurs civils à Ngarbuh, dans la région du Nord-ouest au cours d’un entretien accordé à ABK radio.

«L’armée camerounaise se porte bien. Le moral est haut, les troupes sont motivées et engagées résolument à la défense de l’intégrité territoriale du Cameroun», lance d’emblée le colonel. 

Pourtant, la guerre des chiffres bat son plein au sujet du tragique évènement survenu à Ngarbuh le 14 février. L’évêque de Kumbo George Nkuo parle de 24 morts, la société civile de 36 et le gouvernement de 5. D’après Cyrille Atonfack, l’heure n’est plus à la guerre des chiffres. 

«L’armée ne fait pas de guerre de chiffre, ni avec un évêque, ni avec la société civile. Quand nous avons perdu 17 militaires, on n’a pas entendu parler d’évêque, on n’a pas entendu parler de société civile. Quand madame Florence Ayafor a été écartelée, violée, tuée, décapitée, on n’a pas entendu qu’il y avait un évêque du côté de Kumbo ou de Bamenda, on n’a pas entendu y avait la société civile.  Lorsque 4 policiers ont sauté sur une mine  en mission de sécurisation de cette zone-là, on n’a non plus entendu qu’il y avait un évêque ou une société civile. Le problème qui se pose aujourd’hui n’est plus celui de la guerre des chiffres, c’est de savoir pour qui roule l’église catholique au Cameroun notamment dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest. Pour qui roule la société civile camerounaise qui en censée défendre les hommes et femmes de ce pays et donc in fine, de la nation». 

Le porte-parole de l’armée confirmera une nouvelle fois la version du gouvernement selon laquelle, seulement quatre enfants et une femme ont perdu la vie avant de préciser, «l’État a le monopole de la violence légitime et l’État a l’obligation d’assurer la libre circulation des biens et des personnesL’État ne peut pas accepter qu’un groupuscule de personnes empêche à toute une nation de vivre en paix».

Lebledparle.com vous propose ci-dessous, l’intégralité de la vidéo publiée par le média ABK sur son compte Facebook officiel.

Newsletter :
Déjà plus de 5000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Je m'inscris