Societe

Crise anglophone: des ambazoniens exécutent publiquement un couple dans le Nord-Ouest

Crise anglophone: des ambazoniens exécutent publiquement un couple dans le Nord-Ouest

Des combattants séparatistes armés ambazoniens sont activement recherchés ce, après avoir exécuté un couple vendredi 20 mars 2020 au village de Vekovi, localité de la région du Nord-Ouest, dans la commune de Jakiri.

Selon des sources, le couple a été tué pour avoir prétendument entretenu des liens avec le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Les hommes armés ont également tué l’un des leurs, qui aurait décrit l’emplacement des séparatistes aux forces de l’ordre.

Un drame qui survient quelques jours après la mort de cinq combattants d’Ambazonie le 11 mars, lors d’affrontements de deux camps.

Des ambazoniens se défendent

« Nous condamnons fermement l’exécution publique de deux civils, M. Ngum Idrissou, de son épouse Ngum Assena et d’un soldat des guerriers Bui. Ces actions ne représentent ni ne reflètent la conduite des forces ambazoniennes », a déclaré Capo Daniel, membre des Forces de défense d’Ambazonie.

Michael Ngwese Ekosso, président national du Parti Démocratique Socialiste Uni (USDP), a déclaré que les exécutions publiques à Vekovi « ne reflètent pas les ambitions des anglophones / Camerounais du Sud dont le désir honnête est de vivre dans une nation bilingue et multiculturelle, dans laquelle ils peuvent être libres de dire ou d’écrire ce qu’ils pensent sans entendre un coup soudain à leur porte ».

« Ces groupes de jeunes hommes et femmes armés qui sont influencés par un autre groupe de Camerounais du Sud malveillants, dont la plupart vivent dans le confort de leurs claviers dans la diaspora, devraient savoir que leurs crimes contre l’humanité et perpétration de chaos, meurtres, intimidations , les enlèvements, la collecte de rançons parmi notre propre peuple, comme une forme d’essayer de mesurer la lutte, ont des contre-implications », a déclaré Ekosso.

« Nous compilons un rapport systématique de toutes les atrocités commises dans la guerre en cours et les divers crimes contre l’humanité. À la fin de la journée, nous soumettrons nos rapports à la communauté nationale et internationale compétente pour des actions appropriées », a déclaré Ekosso, exhortant les hommes armés à arrêter les hostilités et à engager le dialogue.

Human Rights Watch a accusé les combattants armés d’avoir commis des atrocités indicibles dans le cadre de leur lutte pour l’indépendance, notamment en utilisant l’éducation comme une arme à des fins politiques.