Societe

Covid-19 et enseignement : Charles Mongue-Mouyeme qualifie de suicide le retour à l'école des élèves

Covid-19 et enseignement : Charles Mongue-Mouyeme qualifie de suicide le retour à l'école des élèves

Alors que les préparatifs vont bon train, le consultant hausse le ton pour dénoncer les conditions dans lesquelles les élèves retournent à l’école. Il a qualifié cela de suicide collectif qui n’épargnera pas les familles.

L’intégralité de son texte suit :

« Vraisemblablement, ceux qui ont pris cette décision et tablent sur l’idée selon laquelle les jeunes que sont les élèves et étudiants, même contaminés à la covid-19, n’en meurent quasiment pas. D’une part, l’actualité récente sur les morts du coronavirus dans le pays relativise fortement cette croyance.

D’autre part, ces jeunes élèves et étudiants appartiennent à des familles dans lesquelles on retrouve de grands adultes et des personnes âgées, et s’ils chopent la covid-19 avec ce retour à l’école, ils iront contaminer leurs parents à la maison. Et si ces parents décèdent, ces jeunes élèves et étudiants devront arrêter leurs études, faute de moyens financiers.

Les gouvernants et ceux qui les défendent dans les médias notamment, se vantent d’être en train de prendre toutes les mesures dans les écoles, lycées, collèges et universités pour que les enfants ne soient pas contaminés au coronavirus.

D’abord, quand on les écoute, on comprend que pour beaucoup d’entre eux, le Cameroun se limite aux centres-villes de Yaoundé et Douala, ce qui est complètement erroné. Ensuite, ils donnent l’impression que chaque élève et chaque étudiant sera doté des pouvoirs de Superman pour s’envoler de la maison de ses parents pour atterrir dans son établissement scolaire ou universitaire.

Pourtant, de nombreux élèves et étudiants doivent réaliser un véritable parcours du combattant avant d’arriver à l’école : bagarres dans les stations de taxis ou de bus, surcharges dans les voitures ou sur les motos, passage obligatoire dans des zones grouillant de monde, etc. Ces élèves et étudiants ont donc mille occasions de se faire contaminer en allant et en revenant de l’école.

Et quelles mesures dit-on avoir prises au sein des établissements ? Les vendeurs de pains, beignets œufs, viandes haricots vont s’y prendre comment pour servir sans risques leurs clients, nos enfants, en manipulant l’argent et les denrées alimentaires sans possibilité de se désinfecter les mains après chaque service ? Et qu’on ne nous dise pas que les enfants doivent partir de la maison avec leur goûter, parce que cela n’est possible que dans très peu de familles.

De quels moyens de désinfection des salles de classes disposent les établissements scolaires et universitaires dans l’ensemble du pays ? Nous ne parlons même pas de la distanciation sociale d’un mètre dont le respect dans de nombreuses enceintes scolaires et universitaires est une véritable chimère. En combien de sous-groupes éclatera-t-on une faculté de 900 étudiants pour respecter la proscription de regroupements de plus de 50 personnes ?

Et qui va protéger les élèves et étudiants prudents de leurs camarades caïds qui vont les obliger à les saluer de la main ou à les embrasser parce que, eux n’ont pas peur du « petit coronavirus » ? Dites, quel enseignant peut dispenser un cours pendant 2 heures en parlant à 50 élèves ou étudiants avec un masque ?

Chaque fois qu’il y a une grave crise au Cameroun (Boko Haram, NOSO, coronavirus), les dirigeants du pays veulent faire croire qu’ils accordent une très grande importance à l’éducation, alors que la quantité et la qualité des infrastructures, la paupérisation des enseignants, le contenu inadapté des enseignements etc. démontrent le contraire. Au NOSO, on demandait aux enfants d’aller à l’école sous les feux des belligérants de cette salle guerre ; aujourd’hui, on demande aux enfants de retourner à l’école alors que la covid-19 sévit. Cette attitude volontairement illogique des gouvernants est-elle innocente ?

Il est encore temps de revenir sur cette décision folle d’un retour à l’école dès le 1er juin 2020, alors que la pandémie du coronavirus est très loin d’être maîtrisée dans le pays. Pour une fois, appuyons-nous sur cette assertion triviale selon laquelle « l’école du Blanc ne finit pas ». Préservons d’abord les vies des élèves et étudiants, donc des familles du Cameroun, il sera toujours temps de retourner à l’école quand la sérénité sera revenue.

Charles Mongue-Mouyeme »