Societe

Complexe sportif d'Olembe : Les engins mis à la disposition de Piccini group, saisis de force

Complexe sportif d'Olembe : Les engins mis à la disposition de Piccini group, saisis de force

Bras de fer lundi entre gendarmes et les vigiles du groupe italien, Piccini, en charge de la construction du complexe sportif d’Olembe sur le site du chantier. Le chef de patrouille de la gendarmerie a présenté aux vigiles la réquisition du Gouverneur de la région du Centre signée le 27 janvier 2020. Celle qui obligeait Piccini à mettre ses engins à la disposition de Magil, l’entreprise à qui le transfert du chantier a été fait le 3 décembre 2019.

Face à l’obstacle imposée par les agents de sécurité, les ingénieurs de Magil Construction ont usé de la force pour pénétrer dans le site, apprend-on. Des ingénieurs de Magil se sont présentés à l’entrée de ce site où se trouve le matériel de Piccini accompagnés des éléments de la garde du stade en construction d’Olembe.

« Nous (…) requérons de l’entreprise Piccini, la mise à la disposition du nouvel adjudicataire Magil Construction, des engins et autres matériaux se trouvant respectivement dans le garage et magasin pour la poursuite diligente des travaux et dans l’attente de la clôture définitive de l’inventaire sanctionnant la rupture du contrat entre ladite entreprise et l’Etat du Cameroun. La liste détaillée et spécifiée de la logistique mobilisée sera progressivement établie par les deux parties au fur et à mesure du déroulement des travaux », écrivait Naseri Paul Bea, gouverneur du Centre.

Les gendarmes finissent par forcer le portail

Les vigiles de Piccini n’ayant pas reçu l’ordre de leur patron, non-présent, ont fait de la résistance face à ces personnes venus, disent-ils, faire l’inventaire du matériel de Piccini au garage et dans le magasin. Peine perdue. Les gendarmes, à l’aide de grosses pinces, ont forcé le portail en cassant les cadenas qu’ils ont emporté par la suite, relate le quotidien Le Jour.

Le groupe italien a fini par saisir la Justice, sans suite…