Societe

comment l'école contourne le confinement

comment l'école contourne le confinement

Depuis lundi 6 avril, les élèves en classe d’examen sont appelés à suivre des cours à travers la télévision nationale.

Les cours suspendus depuis le 18 mars 2020 dans les établissements scolaires reprennent. Mais cette fois ci, dans les maisons. Les longues heures de sommeil, de distractions sont interrompues. Leaticia et sa soeur Gabrielle sont en classe de 3eme. Ce mercredi aux environs de 10h, elles ont sursauté de leur sommeil, à l’appel de leur maman.

Le cours de. Science de la vie et de la terre (Svt) est diffusé sur la Crtv. Mardi le 7 avril, ça également été le cas chez Huguette. La femme au foyer lève son fils ainé du lit assez tôt. Le programme scolaire qui se déroule à travers le télé-enseignement a débuté lundi 6 avril. Son gamin en classe de cm2 est donc contraint d’être scotché à la chaîne nationale dès 8h30 précises ; l’heure à laquelle débute le premier cours. Ce mardi, c’est le cours d’anglais qui a ouvert le bal.

Certains enfants semblent se prêter au jeu Anne affirme avoir été surprise par l’engouement de sa fille hier au petit matin : « Ma fille est turbulente à, l’école, son maître se plaint, mais elle a été attentive pendant le cours d’anglais ». A notre arrivée au seuil de la porte, la petite répète les mots après l’enseignant d’anglais. « J’ai aimé le cours. Ce qui m’a plu, c’est que j’ai retenu le past tens de certains verbes », se réjouit la fille d’Anne, après le cours.

Coupures d’électricité

De lundi à samedi, des cours seront dispensés à la télévision nationale. L’interaction est possible. Il y a un numéro disponible pour poser les questions. L’inspecteur de pédagogie en charge du bilinguisme au ministère de l’Education de base, Julius Mih précise : « A la fin de la leçon, l’enseignant propose des activités pour vérifier leurs acquis à la maison ». Julius Mih ajoute : « C’est en cette période que les enfants redoublent d’ardeur au travail pour le passage en classe supérieure, et pour les examens officiels pour ceux qui sont dans les classes du Cm2, de 3ème, de 1ère et Tie ».

Les responsables en charge de cette opération ont ciblé cinq matières. « les leçons de mathématiques, les sciences, les Tic, l’anglais et le français », précise l’inspecteur de pédagogie, chargé du bilinguisme au ministère de l’Education de base.

Cette initiative saluée par la communauté éducative soulève néanmoins des observations. Le didacticien spécialisé en Tic appliquée à l’éducation, Jacques Ateba Etoundi met en garde: « C’est un moyen comme un autre qui a été sur pieds de manière accidentelle. Mais, ce modèle d’apprentissage ne saurait remplacer l’enseignement apprentissage qui se fait en présentiel; très important dans l’acquisition des compétences et des connaissances ».

Pour Anne, parent, c’est une bonne initiative qui présente des limites. « Nous avons par exemple des coupures intempestives d’électricité tout le temps, il y a des maisons, des villages où il n’y a ni téléviseurs, ni énergie électrique », signale la dame, l’air désolé.

Radios communautaires

A cette préoccupation, l’inspecteur de pédagogie chargé du bilinguisme tente d’apporter des solutions : « Pour ceux qui ne peuvent pas suivre des cours à la télévision ou à la radio, il y a des cours en ligne, il y a des cours sous forme physique, cela passe par des fascicules, des cours en version papier ». A ceux qui se plaignent du canal de diffusion limité, l’inspecteur de pédagogie rassure pour combler les attentes: «Ces cours seront également dispensés dans des radios communautaires et même des stations régionales».

Les leçons en télévision sont dispensées sous le format de 30min. Ce que les enfants trouvent assez rapide. Gabin n’a pas eu le temps de copier tout le cours. Mais, juliue Mih, explique « C’est pour mieux captiver l’attention des tout-petits qui ont souvent tendance à se distraire. D’autres enfants ne sont pas au courant de ces cours.

Le didacticien, spécialisé en Tic appliquée à l’éducation, Jacques Ateba Etoundi apporte un conseil « Comme il faut sauver ces enfants de l’année blanche, la communication devrait être accentuée autour de ce nouveau mode d’enseignement. Les hommes de médias doivent sensibiliser pour attirer l’attention des parents. Les enfants confinés devront apprendre auprès d’eux. » Et d’ajouter « Les parents doivent jouer loin rôle, en dehors des programmes de cours à la télévision, ils peuvent travailler avec leurs enfants. Il y a des cours dans des livres ei même en ligne »