Societe

Cameroun - Près d'1 million de déplacés internes recensés par Amnesty International en 2019

Cameroun - Près d'1 million de déplacés internes recensés par Amnesty International en 2019

Près d’un millions de personnes ont été contraintes à quitter les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Ce sont en fait les conséquences des problèmes sécuritaires qui ont poussés ces populations à trouver refuge ailleurs. C’est ce qui ressort d’un rapport d’Amnesty International.

La crise anglophone dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ont provoqué l’année dernière « quelque 700 000 personnes déplacées ». La crise a démarré en fin de l’année 2016. Ces données sont rendues publiques par Amnesty International. L’ONG a publié, ce 8 avril 2020 un rapport sur la rétrospective 2019 des droits humains en Afrique.

Dans son rapport l’Ong a aussi fait cas de la situation dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Il y a aussi plusieurs dizaines de milliers de déplacer. « Dans la région de l’Extrême-nord, le nombre des déplacés (plus de 270 000) a augmenté dans tous les départements du fait de la recrudescence des attaques contre la population lancées par des groupes armés liés à Boko Haram. Au deuxième semestre, une cinquantaine de localités restaient désertées », souligne Amnesty International.

Généralement, le gouvernement ne s’accorde pas avec les ONG sur les chiffres des déplacés. D’ailleurs, les chiffres entre ONG et pouvoirs publics sont divergents. En 2019, Paul Atanga Nji avait donné des chiffres du gouvernement sur les différentes situations de crise du pays. Le MINAT révélait 152 000 déplacés internes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Et pour les autres régions, Paul Atanga Nji indiquaient entre 6000 et 10 000 déplacés.