Societe

Bamenda : l'armée brandit l'artillerie lourde

Bamenda : l'armée brandit l'artillerie lourde

Les autorités sécuritaires au sommet dans la région du Nord-ouest ont lancé hier l’opération “Bamenda Clean ».

Cette opération consiste comme on4 peut le lire dans un communiqué conjointement signé par le général de brigade Nka Valère, commandant de la 5e région militaire interarmées, le général de brigade Ekongwese Divine, commandant de la 5e région de gendarmerie et le commissaire divisionnaire Gousmo Emile, délégué régional de la sûreté nationale du Nord-Ouest, à  » protéger et à sécuriser les populations de Bamenda et ses environs « , peut-on y lire.

Depuis un moment, les populations de Bamenda vivent des d’attaques répétées perpétrées par des séparatistes. Ces attaques conduisent à des enlèvements, à des braquages de banques et de magasins, à des pillages, à des tueries aveugles de civils et de membres des forces de défense et de sécurité. C’est la raison de cette opération de sécurisation de la ville de Bamenda et de ses environs’, lancée par les forces de défense et de sécurité, explique le haut commandement de l’armée. L’opération dont le nom de code «Bamenda Clean», a été lancée ce mardi 8 septembre 2020.

Dans le communiqué de presse signé par le général de brigade Nka Valère, commandant de la 5e région militaire interarmées le général de brigade Ekongwese Divine, commandant de la 5e région de gendarmerie et le commissaire divisionnaire Gousmo Emile, délégué régional de la sûreté nationale du Nord-Ouest, les responsables militaires ont décrit comme «Inacceptable» l’atmosphère de terreur imposée par ces  » terroristes et criminels », tout en appelant la population à collaborer avec les forces de défense et de sécurité tout au long de l’opération.

”Le but de cette opération est de protéger et de sécuriser la population de la ville de Bamenda et de ses environs. Ceci -est en réponse  aux attaques fréquentes perpétrées par des terroristes et des criminels tels que des enlèvements, les braquages des banques et de magasins, des pillages, des assassinats de civils et du personnel des Forces de défense et de sécurité », lit-on dans une partie du communiqué de presse.

Les responsables militaires à travers leur communiqué de presse ont appelé la population à respecter la décision prise par le maire de Bamenda et le préfet de la Mezam de restreindre la circulation des motos dans la ville de Bamenda. Les restrictions qui leur sont imposées sont des mesures visant à sécuriser et à protéger la population. «Ces ordonnances font partie intégrante des mesures de sécurisation et de protection de la population. Nous appelons les syndicats de Motos Taxis des différents arrondissement à veiller à la stricte application de ces mesures», concluent les autorités militaires dans le communiqué.

Peur à l’approche du 1er octobre

Les habitants des regions anglophones ont commencé à quitter la ville de Bamenda, à l’approche de la rentrée scolaire, le 5 octobre, et le 1er octobre date x annoncée par les sécessionnistes pour célébrer leur indépendance. Selon certains ONG des droits de l’homme, de nombreuses personnes ont quitté les régions anglophones depuis une semaine, par crainte d’insécurité Et le mouvement d’exode s’est intensifié avec la restriction de la circulation des motos taxis dans le centre Urbain de Bamenda.

«Plus personne ne veut reste dans le Nord-Ouest et le Sud Ouest . on craint le pire n est d’ailleurs très difficile de trouver un véhicule pour quitter ces régions si ces jours nous trouvent ici», confie sous anonymat un habitant. Récemment, les séparatistes ont publié un communiqué annonçant des attaques sur des véhicules prive et taxis si la restriction des motos est maintenue.