Santé

quand la pandémie de Covid-19 ressuscite les soins à domicile

quand la pandémie de Covid-19 ressuscite les soins à domicile

En cette période de crise sanitaire, la prise en charge à domicile des personnes vulnérables est en pleine expansion. La phobie de contracter le nouveau Coronavirus brandie comme principale raison.

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19, les aides-soignants font face à un double défi, qui est celui d’assurer la suivie et la protection de leurs patients tout en évitant leur contamination. La psychose ayant envahi les esprits des malades, ces derniers ont peur de se rendre dans les hôpitaux pour suivre régulièrement leurs-soins ou leur traitement. Madame Onana, mariée et mère de trois enfants dont deux filles et un garçon, habite le quartier Fouda à Yaoundé. Elle a été dépistée hypertendue il y a trois ans et s’est vu imposer un protocole de traitement pour survivre à ce * tueur silencieux ».

En cette période de crise sanitaire, elle a opté pour les soins à domicile. Pour la quinquagénaire, se prendre en charge chez soi est plus rassurant que de se rendre dans un hôpital avec la probabilité de se faire infecter. A son domicile, les mesures barrières sont respectées à la lettre. Devant son portail, un équipement pour le lavage de mains et le désinfectant sont à la disposition de tout étranger. Assise sur son lit, une perfusion fixée à la main, elle écoute attentivement les recommandations que lui donne son infirmière Mimolo Mireille.

En effet, la dame sort d’une opération chirurgicale il y a un mois. « En quittant l’hôpital, mon médecin m’a fait comprendre que Je suis sujette à risque de contamination au nouveau Coronavirus. Il m’a conseillé de prendre plus de précaution, puisque j’ai décidé de recevoir des soins à domiciles. J’ai engagé une infirmière pour ce travail parce que plus le coronavirus continue de progresser, plus nos hôpitaux seront plein à craquer je ne peux pas prendre ce risque. J’ai subi une opération chirurgicale il y’a peu de temps, mon état de santé est très fragile. Mon infirmière vient deux fois par semaine, me faire des prélèvements et la consultation », explique-t-elle.

Et d’ajouter, « lorsque je fais des rechutes l’infirmière rend compte au médecin et puis il me fait des ordonnances ».. Tout comme elle, Landry est un ancien militaire. En effet, sa retraite a été précipitée par son état maladif. Il souffre du rhumatisme et du diabète. Alors que la pandémie à Coronavirus continue de faire des ravages à travers le monde, il a opté lui aussi pour les soins à domicile afin d’éviter toute contamination.

« C’est pour me faciliter les déplacements et d’autre part pour éviter toute éventuelle contamination à la Covid-19 que j’approuve des soins à domicile. C’est vrai cela revient cher mais ça vaut la peine. En recevant mes soins à domiciles je suis plus à l’aise et je me sens en sécurité », confie-t-il.

Pansements, prélèvements sanguins, perfusion…

Si ces patients se réjouissent de recevoir leurs soins à domicile, les infirmiers quant à eux trouvent leur compte. L’infirmier à domicile accompagne les patients dans les différents soins en se rendant chez eux. C’est aussi l’occasion pour ce corps médical de se familiariser avec leur patient puisque la nouvelle maladie.

» J’ai à moyen dix patients que je suis à domicile. J’interviens plusieurs fois par jour pour prendre le degré de tension, de température, faire des injections si-besoin, faire des pansements, prélèvements sanguins, perfusion en fait cela dépend de la tâche à effectuer quotidiennement. Ma priorité durant cette période de pandémie de Covid-19 est la même que d’habitude, assurer la santé de mes patients. Avant cette pandémie la demande n’était aussi élevée comme maintenant. Aussi cela est une nouvelle expérience pour moi parce que c’est ma première fois de suivre un malade de très près un malade. Je les considère déjà comme les miens », affirme Elemé Ngono infirmière.

Pour l’infirmière Elodie Nga, c’est une aubaine. » Le malheur des uns fait le bonheur des autres. En ce temps de confinement, on gagne plus qu’avant parce que non seulement le patient paye le traitement mais aussi le déplacement de son soigneur. Bref, les soins à domicile sont un peu plus chers», reconnaît-t-elle.