Santé

L'école polytechnique de Yaoundé va produire 400 masques par jour pour lutter contre le Coronavirus

L'école polytechnique de Yaoundé va produire 400 masques par jour pour lutter contre le Coronavirus

Ce sera avec l’aide de la coopération israélienne, évocation a été faite ce lundi 6 avril 2020 entre le premier ministre camerounais et son invité du jour.

Avec la multiplication du nombre de malades du covid-19 au Cameroun, le port du masque est plus que nécessaire. Recommandation a d’ailleurs été faite en fin de semaine dernière par Manouada Malachie, Ministre camerounais de la Santé publique. Dans cette lancée, le Cameroun doit produire en grand nombre les masques de protection. Pour relever le défi, la nation d’Israël vole au secours du Cameroun.

Ce lundi 6 avril 2020, Isi Yanouka, l’ambassadeur d’Israël au Cameroun est porteur de la bonne nouvelle au premier ministre camerounais. Le locataire de l’immeuble étoile et son hôte du jour le temps d’une audience discute de cette grande opportunité. Pour cela, l’Etat hébreux va contribuer à la production locale de ces masques de protection. Et son expertise en la matière va être donnée à l’école polytechnique de Yaoundé. Ceci, pour la production de 400 masques par jour, via le centre d’impression de technologie en 3D.

Imprimantes 3D de l’Ecole polytechnique de Yaoundé © Droits réservés

Une cible bien particulière

Pour ce cas précis, il s’agit de la fabrication des masques spéciaux pour infirmiers et médecins. La précision est de l’ambassadeur d’Israël au Cameroun. Le diplomate se réjoui de la contribution de son pays dans la réalisation de cet ambitieux projet au centre de l’audience avec Joseph Dion Ngute. L’usine va tourner 24h/24, elle va surtout produire plusieurs équipements médicaux pour servir la grande sous-région Afrique centrale.

Le geste israélien est du pain bénit surtout en cette période au le nombre de malade croit à une vitesse inquiétante au Cameroun. Les derniers chiffres font état de 658 personnes testées positives à la maladie du covid-19. Le ministre de la Santé publique appelle au respect des règles d’hygiènes.