Santé

Deux corps trafiqués à l'hôpital de référence de Sangmelima

Deux corps trafiqués à l'hôpital de référence de Sangmelima

L’incident malheureux est survenu ce samedi 12 septembre 2020.

Instant trouble pour deux familles  ce samedi 12 septembre 2020 à l’hôpital de référence de Sangmelima. Selon les sources sur place, la morgue de cet hôpital a confondu les corps de deux personnes âgées. Dans cette embrouille, les employés de la morgue ont tenté alors de trafiquer un des cadavres en question dans l’optique de l’attribuer à une famille, qui fort heureusement constatera que le corps en question n’est pas le leur.

« En effet, les employés de la morgue de cet hôpital avaient remis le corps de Monsieur Ekouti Essame (90 ans)  à la famille Akono à Otoakam et qui a été inhumé le 22 août en lieu et place de celui de Akono Morand décédé à l’âge de 80 ans. Vendredi dernier, la famille Ekouti Essame a réceptionné  le corps qui n’était pas le leur. Malgré l’insistance des « morguiers ». Feu Ekouti Essame avait  un diastème ou dent du bonheur. Or, le corps qui leur a été remis n’en avait pas », explique une source.

La famille

Les employés de la morgue constatent donc l’erreur. Sur le coup,  ces derniers tentent alors une chirurgie esthétique sur le corps d’Akono Morand pour le transformer en Ekouti Essame, en cassant les dents afin de créer un espacement et quelques blessures pour en faire des cicatrices. Le coup est presque réussi.  La levée a eu lieu samedi 12 septembre 2020.

Mais, la famille n’est toujours pas convaincue. La famille Akono Morand supposé avoir été enterré le 22 août dernier est appelée à la rescousse pour vérification. Grande est leur surprise de voir que c’est Akono Morand leur père et frère couché dans ce cercueil devant eux, pas de doute. Donc Ekouti Essame a été inhumé à Otoakam à la place de Akono Morand.

Ntoutakoung

Le Directeur de l’hôpital de Référence de Sangmelima Dr Bekoule Patrick Sylvestre, est mis au courant. Depuis Yaoundé,  il dit que c’est impossible. « C’est une affabulation », explique ce dernier. Dans la précipitation, le sous-préfet organise une réunion d’urgence. Le corps du sieur Akono Morand d’Otoakam est remis à la morgue. Un consensus est trouvé pour exhumer la dépouille d’Ekouti Essame  à Otoakam afin qu’il aille reposer dans son vrai village Ntoutakoung, et Monsieur Akono Morand à Otoakam sa véritable dernière demeure.