Santé

Covid-19 : le Faro et Déo enregistre ses premiers cas positifs

Covid-19 : le Faro et Déo enregistre ses premiers cas positifs

Longtemps épargné, ce département rejoint la liste des unités administratives touchées par la pandémie.

«Se faire dépister, c’est se protéger soi-même et protéger les autres». Le chef de district de santé de Tignère, Jean Moutsina, n’a pas cru si bien dire le 28 août dernier au lancement officiel de la campagne de dépistage massif du coronavirus. Car plus vite on est détecté positif, plus vite on recouvre la santé. Le message est manifestement passé, les acteurs de la santé eux-mêmes ayant prêché par l’exemple.

«Cette campagne est la preuve que notre pays est engagé à résolument barrer la voie à cette pandémie qui aura menacé l’humanité. Depuis la survenance de cette crise dans le monde entier, les statistiques nous indiquent que la planète entière enregistre au 27 août 2020 un total de 24 349 526 cas. Soit 16 885 089 guéris, 828 899 décès et 6 634 529 cas actifs.

Pour ce qui est de notre pays, depuis la survenance des premiers cas en mars 2020, on enregistre un total de 18 978 cas. Soit 16 540 guéris, 2023 cas actifs et malheureusement 410 décès. L’augmentation sporadique du nombre de cas s’explique en partie par le non-respect des mesures barrières telles qu’édictées par le gouvernement de la République, notamment le port du masque dans les espaces publics, les mesures de distanciation sociale, la mauvaise appréhension des mesures d’assouplissement par les populations.

D’aucuns ont pensé que la pandémie était derrière nous. D’autres, qu’elle n’existait pas ou qu’elle est une pure invention… Je voulais rassurer les uns et les autres que cette pandémie, au début, comprise comme une fatalité, ne l’est plus à ce jour. Vous n’avez rien à craindre…», a rassuré le préfet du Faro et Déo par la voix de son représentant au lancement de la campagne.

La tracking de la population pour le dépistage du coronavirus dans le Faro et Déo est donc en marche. Et au 29 août dernier, le district de santé affichait 19 cas positifs au compteur, traqués en 48 heures. Soit 02 à Kontcha, 03 à Galim-Tignère, 07 à Libong, 05 à Mayo-Baléo et 02 à Tignère. Prévue pour s’achever ce 31 août, la campagne de tracking des cas de Covid-19 dans le Faro et Déo va céder place au dépistage en fixe dans les formations sanitaires.

De fait, des interrogations fusaient même au niveau de la délégation régionale de la Santé publique de l’Adamaoua, sur le statut de district silencieux de Tignère depuis le déclenchement du Covid-19. Ainsi, sur les 09 districts de santé de l’Adamaoua, Tignère fait monter à 07 le nombre de personnes touchées par le coronavirus. Banyo et Bankim restent donc les 02 districts «silencieux» de la région. D’ailleurs, au 29 août dernier, l’Adamaoua comptait 308 cas positifs pour 171 guéris et 13 décès.

Le district de santé de Tignère a une population de 127 531 âmes pour 23 formations sanitaires. Il s’agit d’un hôpital de district, 03 centres médicaux d’arrondissement et 19 centres de santé intégrés. Ces formations sanitaires sont reparties dans 12 aires de santé. «Les difficultés que nous avons dans le district de santé de Tignère, partent du fait que c’est un district de santé atypique, l’un des districts de santé les plus enclavés de la région de l’Adamaoua. Les distances sont éloignées entre les formations sanitaires.

Et en saison pluvieuse, la route est. impraticable. A cela, il faut ajouter l’insuffisance qualitative et quantitative en termes de personnels ; et l’insuffisance du, matériel roulant, motos et véhi cules. Nous lançons donc un cri à l’endroit de la haute hiérarchie pouf penser à nous dans ce sens afin de nous permettre ver: tablement d’atteindre, la performance souhaitée dans le cadre de la mise en œuvre des activités de santé publique dans notre district», a fait savoir Jean Moutsina, chef du district de santé de Tignère.

N’empêche que le district de santé de Tignère ne freine pas son élan dans la recherche active des cas positifs de coronavirus.