Santé

Covid-19: La pandémie y perdant en intensité, l'Europe reprend espoir

Covid-19: La pandémie y perdant en intensité, l'Europe reprend espoir

En Europe, la pandémie semble perdre en intensité, titre le journal Le Monde dans son édition N° 23404 de ce mercredi 8 avril. Au point que des pays comme l’Autriche programme leur déconfinement. En effet, plusieurs pays commencent à constater le ralentissement des infections. La hantise d’un « rebond » obsède toutefois les gouvernements, qui hésitent encore sur la levée progressive du confinement quasi général en vigueur sur le continent.

La décrue de l’épidémie de Covid-­19 s’amorce-t-elle à petits pas ? Le média Le Monde rapporte en tout cas que des lueurs d’espoir s’allument à mesure que les courbes de contaminations commencent à s’infléchir et que le décompte macabre de décès ralentit.

L’Autriche a sauté le pas, lundi 6 avril, et annoncé un calendrier détaillé de sortie de crise – le premier, dans l’UE – non sans un certain triomphalisme. « Jusqu’ici, nous avons mieux traversé la crise que d’autres
pays. Notre but est désormais d’en sortir plus vite que les autres », a expliqué le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

Il a toutefois précisé que l’Autriche pourrait « mettre le pied sur le frein » à n’importe quel moment en cas de reprise de l’épidémie due au coronavirus.

En République tchèque, l’un des pays les plus touchés dans la partie orientale de l’Europe, le gouvernement a annoncé que les espaces sportifs allaient rouvrir mardi 7 avril et que des premiers commerces pourraient suivre dans la semaine si la tendance rassurante se poursuit. « Nous avons réussi à stabiliser l’épidémie », a affirmé lundi le vice-­ministre de la santé Roman Prymula.

Même satisfaction contenue en Norvège, lundi. « Les nouveaux chiffres montrent que chaque personne contaminée par le virus le transmet à 0,7 personne. Ce qui signifie que la propagation de l’épidémie est sous contrôle », a déclaré le ministre de la santé, Bent Hoie. 1234587s 5 758 personnes ont été testées positives et 75 sont décédées. Mais la bataille est encore loin d’être gagnée, car selon le modèle de l’Institut de santé publique, seuls 14 000 norvégiens auraient contracté le coronavirus sur 5,3 millions d’habitants : « Les chiffres montrent qu’il suffirait de pas grand­ chose pour que nous perdions de nouveau le contrôle », prévient le ministre de la santé

La décrue continue aussi en Espagne, en dépit du dernier bilan, lundi, qui fait état de 135 000 cas confirmés et de 13 055 morts. Pour le quatrième jour d’affilée, le nombre de décès dus à l’épidémie a baissé. Avec 637 morts en vingt ­quatre heures, il reste très élevé, mais le royaume, premier pays au monde en nombre de décès par rapport au nombre d’habitants, n’avait pas connu un chiffre aussi relativement « bas » depuis le 24 mars.

La prudence est de mise

Dimanche, la première ministre danoise, Mette Frederiksen, avait mis en garde contre un déconfinement trop rapide : « Le château de cartes pourrait s’effondrer. Et il pourrait s’effondrer bien plus vite que nous ne l’imaginons. »

Lundi soir, elle a cependant elle aussi proclamé la réouverture « prudente et contrôlée » des jardins d’enfants et des écoles primaires, dès le 16 avril, puis des collèges et lycées, le 10 mai. Les grands rassemblements resteront interdits jusqu’en août.

Dernières Nouvelles