Santé

Coronavirus : la ministre de la Recherche Scientifique persiste sur le rôle des chauves-souris dans la transmission malgré les moqueries

Coronavirus : la ministre de la Recherche Scientifique persiste sur le rôle des chauves-souris dans la transmission malgré les moqueries

Madeleine Tchuinte, Ministre de la Recherche Scientifique reste dans sa position.

Malgré les railleries sur la toile, le ministre persiste dans sa position. Le Cameroun doit intégrer la menace liée à la chauve-souris dans le combat contre le COVID-19.

Pour rappel, face à la presse le 23 mars 2020, la ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI) avait appelé à faire attention à la chauve-souris qui sont au nombre de 500000 dans la ville de Yaoundé considérée par les scientifiques comme le point de départ du Coronavirus. Elle avait déclaré : «Une étude menée au CREMER (Le Centre de Recherche sur les Maladies Emergentes et Réémergences) sur les chauves-souris frugivores, montrent qu’elles consomment en commun avec l’homme plusieurs espèces de fruits: mangues, avocats, noix de palme etc. mettant en évidence un risque élevé de transmission du virus, des chauves-souris à l’homme ».

Ces propos ont valu à la ministre des railleries sur la toile; certains s’étonnant de cette sortie médiatique alors que le virus se propage au Cameroun à un rythme inquiétant. Cela n’a changé en rien son point de vue.

«Je crois que tous ceux qui parlaient de ça, n’avaient lu aucun journal scientifique», a-t-elle déclaré dans une interview accordée au journaliste Jean Bruno Tagne. Et d’insister «ce que je disais, c’est que si par mal chance, le virus passe par la chauve-souris, nous sommes tous morts. Parce qu’on a près de 500 000 chauves-souris».