Politique

Violation des mesures contre le Coronavirus: une demande de dissolution de l'Assemblée Nationale comme correction

Violation des mesures contre le Coronavirus: une demande de dissolution de l'Assemblée Nationale comme correction

Le REDHAC exige la dissolution de l’Assemblée Nationale. En effet, la directrice exécutive de l’ONG spécialisée dans la défense des droits humains, Maximilienne Ngo Mbe, a lancé une pétition.

Pour rappel le 17 mars 2020, des mesures restrictives afin de lutter contre la propagation du Coronavirus ont été annoncées par le Premier Ministre, Chef du gouvernement. Une d’entre elles concerne l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes.

« L’Assemblée Nationale camerounaise a tienu sa session ordinaire du mois de mars depuis vendredi 20 mars, affichant, pour l’opinion, un mépris des restrictions fixées par les autorités», informe Le Messager. Un fait dénoncé par la directrice exécutive du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDAHC), Maximilienne Ngo Mbe qui comme sanction demande simplement la dissolution de la chambre basse du Parlement camerounais.

«Je pense que l’Assemblée Nationale a violé les mesures du Chef de l’État qui interdit les rassemblements de plus de 50 personnes. Ce sont les élus qui doivent servir d’exemple qui violent les règles. Cavaye Yeguié Djibril a convoqué une session alors qu’il n’avait aucune urgence. Pour avoir mis le peuple camerounais en danger, j’ai lancé une pétition pour exiger la dissolution de l’Assemblée nationale», explique la militante des droits humains qui a choisi d’initier une pétition à cet effet.