Politique

Scrutins 2020 : Un cadre de Bolloré traite des militants du Rdpc de goulots d'étranglement

Scrutins 2020 : Un cadre de Bolloré traite des militants du Rdpc de goulots d'étranglement

Les militants de plus de 35ans sont des goulots d’étranglement selon un cadre de Bolloré. Le franco-camerounais, directeur général adjoint de Kribi Conteneurs Terminal, Philémon Mendo pointe du doigt Jean Nkuete, Jacques Fame Ndongo, Grégoire Owona, Pierre Ismael Bidoung Kpwatt, Ibrahim Talba et autres.

C’est le double scrutin et les problèmes internes du Rdpc qui continuent ainsi à faire des ravages. En effet, dans le camp du pouvoir, les règles définies par le chef n’ont pas été respectées sur le terrain. Il n’y a pas eu de consensus, ni de vote de la base! Telle est la triste réalité antidémocratique que Philémon Mendo a fait subir aux militants du « parti du flambeau » dans la MvilaTr bouleversant ainsi le plan du cadre du groupe Bolloré où il occupe d’ailleurs le poste de Directeur général adjoint de Kribi Conteneurs Terminal (Kct).

Le Pion de Vincent, a fait des déclarations incendiaires le 04 décembre dernier à « Arrêt majeur », une émission diffusée dans le cadre d’un droit de réponse sur la haine de télévision, Vision 4, basée à Yaoundé. En effet, Philemon Mendo y a confirmé, l’intention pour le groupe Bolloré d’avoir une main mise sur la vie politique du Cameroun, en particulier celle du Rdpc, le parti au pouvoir.

Il a insisté sur le fait que, les plus de 35 ans, ne sont plus les bienvenus au sein de cette formation politique. Pas besoin d’être sorcier pour comprendre que cette attitude tient viscéralement de l’espoir vain de ce vaguemestre d’avoir un poste de responsabilité dans le gouvernement de la République, malgré son statut de Français.

Pour rappel, Mendo a selon nos confrères du quotidien *le soir* , joué un rôle trouble dans la circonscription électorale, où le chef de la délégation permanente départementale du Comité central du Rdpc l’a introduit contre toute attente dans une commission communale, lui qui n’a jamais été membre du Rdpc, parce que ne détenant pas de carte de membre du parti, Philémon Mendo a transmis un procès-verbal tripatouillé aux instances supérieures du Rdpc, en violation flagrante des instructions du Président national, Paul Biya, ainsi que de la note du secrétaire du comité central, Jean Nkuté, recommandant le consensus à la base ou au besoin des élections. Rien de cela, faut-il le faire savoir, n’a été respecté sur le terrain. Ce qui ne l’a pas empêché de refaire une sortie médiatique ridicule. Se constituant avocat du diable, il a certifié que les sous-préfets n’ont pas refusé de signer les attestations de domicile aux différents candidats. Selon cet imposteur, être opposé au régime de Yaoundé est synonyme de délit. Heureusement qu’une nouvelle page s’ouvre dans le paysage politique camerounais.