Politique

Reprise partielle des municipales à Elig-Mfomo

Reprise partielle des municipales à Elig-Mfomo

Les populations se rendront aux urnes dans les 6o jours à compter du ver diet du tribunal administratif, pour 16 bureaux de vote.

Pour les militants et dirigeants du Parti des démocrates camerounais (Pdc), le mercredi 25 mars 2020 restera une date mémorable. Comme un coup de tonnerre, une décision de 23h au tribunal administratif de Mendong à Yaoundé, siégeant pour connaître et vider le contentieux post électoral pour l’élection municipale à Elig-Mfomo opposant le Rdpc au Pdc a finalement tranché en faveur du Pdc en ordonnant la reprise de l’élection dans 16 bureaux de vote de la circonscription.

«C’est une victoire judiciaire majeure et déterminante pour le Pdc. Selon le Code électoral, Elecam a 60 jours pour organiser une nouvelle élection. C’est déjà une première victoire politique pour ce parti historique en cette année du 40e anniversaire du décès de son fondateur André-Marie Mbida. C’est formidable!», commentaire d’un sympathisant.

En effet, le Pdc contestait les résultats rendus publics au terme du décompte des votes au soir du 09 février 2020. C’est que, dans la commune d’Elig-Mfomo, département de la Lékié, région du Centre, cette formation qui estime avoir remporté le scrutin des municipales du 09 février 2020, a déposé un recours auprès du tribunal administratif.

D’après la tête liste du Pdc, Franck Hubert Ateba à ce scrutin, «les vrais résultats de l’élection municipale à la commune d’Elig-Mfomo sont: Pdc 1475 voix, soit 73,21%; Rdpc 1162 voix, soit 26, 79%». Un résultat que n’a pas reconnu la commission communale d’Elecam qui a déclaré le Rdpc vainqueur. D’où l’action en justice du Pdc finalement partiellement satisfait au terme du procès dont le verdict a été rendu mercredi dernier.

«Ce pays est vraiment formidable. Je veux seulement comprendre ce qui s’est passé à Elig-Mfomo entre le moment où le préfet de la Lékié a rendu public les résultats issue des différents services de sécurité, de ses représentants dans les différentes commissions locales de vote; et le début de la tenue des travaux de la com-, mission locale différé pour

24h sans aucune justification», s’était alors écrié Franck Hubert Ateba dans un post sur sa page Facebook au lendemain de la proclamation des résultats. En tout cas, le Pdc avait été déjà traduit au I tribunal administratif de j Yaoundé par le Rdpc, arguant

que certains de ses candidats étaient encore ses militants, parce que n’ayant pas officiellement démissionné. Pour cette phase du contentieux pré-électoral, a décision rendue par’le tribunal administratif était allée en faveur du Rdpc.

Une sentence récusée par le Pdc qui saisira, à son tour la Chambre administrative de la Cour suprême aux fins de voir annuler ce verdict. Statuant donc à nouveau et en dernier ressort, la juridiction de la haute cour donnera gain de cause au Parti des démocrates camerounais, et instruira que sa liste soit autorisée à concourir dans la commune d’Elig-Mfomo.